La ville de Dakar lance la troisième phase d'un projet de micro-jardins

Lieu agenda: 
DAKAR
Date: 
Jeudi, Novembre 13, 2014 -
10:00 - 12:00

Dakar, 13 nov (APS) - La mairie de Dakar a procédé jeudi au lancement officiel de la troisième phase de son projet des micros-jardins dont le but est d'assurer plus de revenus aux bénéficiaires, en collaboration avec l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Intitulé "Capitalisation de la technologie des micro-jardins de la ville de Dakar et expansion régionale au Burkina Faso, au Niger et en Gambie", ce projet devrait contribuer à apporter des solutions aux problèmes liés à l'approvisionnement de la ville de Dakar en légumes.

Il devrait générer ''plus de revenus'' au profit des populations bénéficiaires, selon Soham El Wardini, première adjointe du maire de Dakar, Khalifa Sall.

"La troisième phase de ce projet pourra résoudre définitivement le problème d'accès aux intrants, avec la création d'une centrale d'achat", a-t-elle déclaré. La ville de Dakar va continuer à faire "le portage institutionnel" en maintenant les sites opérationnels, au cours de la phase transitoire de la mise en œuvre de ce projet, a déclaré Soham El Wardini.

Cette initiative est soutenue par la FAO, la ville de Milan (Italie) de concert avec celle de Dakar. Elle bénéficie également de l'appui de la coopération italienne depuis 2006.

Les micro-jardins correspondent à de petites unités de production simples et peu coûteuses, adaptées aux quartiers urbains à forte densité de construction.

"Plus 4000 familles ont été formées dans le micro-jardinage, plus de 5.000 tables de culture ont été distribuées à ces bénéficiaires comme kit de démarrage", a renseigné l'adjointe du maire de Dakar. 

"Le projet a également permis l'installation de 134 centres de production communautaires dans la capitale'' et "a largement pris en compte les groupes vulnérables à savoir les femmes, les jeunes, les détenus, les handicapés et le troisième âge", a indiqué Soham El Wardini.

Elle a aussi ajouté que "les bénéficiaires ont pu avoir des revenus", ce qui participe de la lutte contre la pauvreté. "Le volet socio-éducatif du projet a permis de donner une formation environnementale aux enfants avec comme finalité, le respect et la protection de l'environnement", a-t-elle précisé.

"Le projet de micro- jardin a rehaussé la cause écologique dans la capitale à travers son reverdissement. Le projet est aussi source de cohésion sociale car il permet le dialogue et les échanges entre populations de même quartier", a-t-elle aussi affirmé.

Selon Patrick David, représentant par intérim de la FAO au Sénégal, la promotion des micro-jardins s'intègre dans une stratégie de développent des villes vertes, qui propose une démarche structurée pour intégrer l'horticulture urbaine et périurbaine dans le plan directeur de développement de la ville et la gestion de son environnement. 

M. David a félicité la ville de Dakar qui a selon anticipé sur "des défis surgis de la croissance rapide des populations urbaines". Il a aussi émis les vœux de voir ce programme micro-jardins de Dakar, "avec ses bonnes pratiques accumulées, puisse bénéficier à d'autres villes africaines par le biais de la coopération Sud-Sud", notamment des villes d Burkina Faso, du Niger et de la Gambie.

Le programme de micro-jardin va être présenté à l'exposition universelle de Milan 2015.

AAN/BK