[VIDÉO] Retombées médiatiques de la 1ère rencontre régionale de CGLU Afrique

INTERVIEW AVEC M. KHALIFA ABABACAR SALL, Président de CGLU Afrique- Vice-président région Afrique de l’ouest,  

« Faire en sorte que les élus locaux soient des vrais acteurs et des vrais vecteurs de développement»

Le président de Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU Afrique), M. Khalifa Ababacar Sall, aborde dans cet entretien les enjeux de la réunion régionale Afrique de l’Ouest CGLU Afrique. En tant que vice-président de cette région, il espère qu’elle serve de locomotive au développement local depuis la base. 

M. Sall, la ville de Dakar dont vous êtes maire, abrite le séminaire de la région Afrique de l’ouest de CGLU Afrique du 3 au 5 août. Quelles sont vos principales attentes au cours de ces travaux ?

Cette réunion s’inscrit dans le cadre d’activité normale et prépare le sommet «Africités 7, Johannesburg 2015 ». La réunion régionale de Dakar aura donc à préparer la participation de la région ouest africaine à ces assises. Mais la particularité de cette année c’est que nous avons mis un séminaire de mise à niveau de toutes les associations nationales et collectivités locales d’Afrique de l’ouest sur les enjeux et les évènements mondiaux. C’est la raison pour laquelle le séminaire qui précède la réunion statutaire va aborder toutes les questions qui sont actuellement en discussions à travers le monde. Elles concernent le développement de nos pays, les relations internationales mais surtout interpellent les collectivités locales dans leur capacité à s’insérer dans cette dynamique qui est en cours. C’est ainsi que cela permettra à tous nos collègues d’être armés pour que dans leurs pays d’abord et ensuite dans leurs localités, ils puissent mobiliser les populations et les orienter pour le développement. 

Cette rencontre rentre dans le cadre du partenariat stratégique «Framework Partnership Agreement » (FPA), conclu par CGLU Afrique et la Commission européenne (CE). Comment ce partenariat peut contribuer au renforcement des capacités des gouvernements locaux ? 

Depuis 2010, un processus de réunification et de réorganisation continentale avait été initié. En 2012, nous y sommes parvenus. Aujourd’hui c’est une organisation unie qui s’est inscrite dans une dynamique d’action, d’activités, de mobilisation des élus locaux pour qu’ils puissent œuvrer dans le développement de leur pays. Dans ce cadre là, des partenariats sont noués mais une organisation unie, devient plus forte, donc plus crédible.  L’Union Européenne a fait confiance à CGLU Afrique qui lui a proposé un programme. Ce n’est pas l’Union Européenne qui a pris l’initiative, c’est nous qui avons proposé un programme à l’UE, qui l’a accepté et financé. Nous avons reçu le plus gros chèque de toutes les organisations des collectivités locales. Aujourd’hui nous sommes interpellés dans notre capacité à consommer ces crédits, à bien les utiliser dans la transparence, l’efficience et l’efficacité. Des rassemblements comme la réunion de Dakar y participent. Il faudra faire en sorte que les élus locaux, soient des vrais acteurs et des vrais vecteurs de développement et nous allons y consacrer nos forces et nos moyens. 

Les cinq séminaires régionaux  prévus cette année, se tiennent en prélude au Sommet AFRICITES 7 prévu du 29 novembre au 3 décembre 2015 à Johannesburg, Afrique du Sud. Le thème retenu est : «Construire le futur de l’Afrique avec ses populations : la contribution des autorités territoriale à la prospective 2063 de l’Afrique». Comment entrevoyez-vous la participation de la région Afrique de l’ouest pour assurer un développement depuis la base ? 

 

Nous ne sommes pas la plus riche ou la plus grande région mais nous sommes la région qui connait le plus de dynamisme. Avec premièrement l’existence d’une politique de décentralisation assez avérée, très marquée, qui connait une forte mobilisation de ses élus de manière permanente et régulière. Nous avons toujours été à l’avant-garde des mobilisations des collectivités locales africaines. La preuve c’est nous qui inaugurons ces séminaires régionaux, nous nous organisons  pour qu’aux termes de ces séminaires dans chaque  pays, dans chaque localité, les élus comme les populations soient imprégnés d’abord des valeurs et des objectifs de ce projet initié par l’Union Africaine, Agenda  2063, des accords du partenariats avec l’Union Européenne mais surtout de l’exigence des collectivités locales de mobiliser toutes les forces vives de nos pays pour qu’elles puissent s’investir dans le développement. Vous savez, la thématique de Johannesburg 2015 est très claire. En 2012, nous avions parlés de territoires c’est à dire construire à travers les territoires. Cette année ce ne seront pas les territoires qui vont être mobilisés, ce sont les populations. De ce point de vu c’est une interpellation qui fait suite à une prise de conscience et qui se transformera en une mobilisation permanente de tous les africains. 

Lien de la vidéo sur YouTube

Cette première rencontre régionale a suscité l’intérêt d’un bon nombre de médias aussi bien écrits qu’audiovisuels.

En effet, l'émission Wari de TV5 Afrique qui a fait un focus sur le séminaire de Dakar (Voir vidéo

ainsi que le journal parlé de la West Africa Democracy Radio (WADR). (Voir vidéo)  

En plus de l’intervention du Secrétaire Général de CGLU Afrique sur les ondes de la RFM (Radio Futur Média)

Revue de presse complète consultable ici.