désencombrement

RECEPTION DU CENTRE COMMERCIAL FELIX EBOUE : La Ville de Dakar recase les ambulants

EnQuête: Le recasement des marchands de Dakar devient une réalité pour de nombreux tabliers. La ville de Dakar a inauguré, hier, le centre commercial Félix Eboué.

OUVERTURE DU CENTRE COMMERCIAL FELIX EBOUE : Des marchands ambulants relogés

Le Centre commercial Félix Eboué a été officiellement réceptionné hier, mardi 29 mars. Sur place, les nouveaux occupants ont commencé à s’installer. Ledit centre, d’une capacité d’environ 3000 places avec trois étages, est occupé à plus de 95%. Le prix des cantines et des espaces varient selon les niveaux.

Une bonne frange des marchands ambulants de la ville de Dakar, déguerpis viennent d’être relogés dans cette nouvelle bâtisse, située à la rue Eboué et baptisée Centre commercial Félix Eboué. La cérémonie d’inauguration dudit centre commercial a eu lieu hier, mardi 29 mars. Avec une capacité estimée à environ 3000 places, ledit centre de trois niveaux à peine ouvert, «est occupé à près 95%», renseigne le promoteur Ndiaga Fall. Selon lui: «Les prix varis selon les niveaux allant des box aux cantines. Ainsi pour le rez-de-chaussée la cantine s’offre à 777 000 F Cfa avec un apport 155 400 F Cfa , et le reste, soit 622 000 F Cfa  payable en 2 ans. Au niveau 1, la cantine est à 685 000f avec un apport de 135 400 F Cfa, le reste payable en 2 ans. Au niveau 2, la cantine s’obtient à 577 000 F Cfa avec un apport de 115 400f, le reste payable en 2 ans. Et enfin au niveau 3, la cantine s’obtient à 495 000 F Cfa avec un apport de 95 000f et le reste payable en 2 ans». 

S’agissant des  box, ils s’offrent à 25 200f par mois pour une même durée. Au terme de cet engagement de ce bail, les contractants deviendront systématiquement les propriétaires. Toutefois, pour leur bonne installation, un délai de grâce de 2 mois leur est accordé à compter d’avril prochain.

Soham El Wardini, première conseillère municipale de la ville de Dakar, et représentante du maire Khalifa Sall de rappeler le comment du pourquoi de la création du centre commercial, en ces  mots : «Dès notre installation en 2009, nous avions fait le tour des marchés de Dakar pour discuter, échanger et expliquer aux marchands tabliers la nécessité de les réorganiser. Ceci est l’une des réalisations et la concrétisation d’une promesse parmi les trois centres en construction à savoir Kermel, Djily Mbaye. Ce centre commercial moderne compartimenté en quatre blocs de trois étages, prenant en compte la diversité des marchands en mettant à leur disposition des cantines et box répartis selon un mode tout à fait indiqué pour une spécialisation des activités et un zoning fonctionnel», a-t-elle expliqué.

[AUDIO] Visite des équipements marchand réalisés par la Ville de Dakar

1er NDIAGA FALL Directeur centre commercial FELIX ÉBOUÉ

2em SOUS PRÉFET DAKAR PLATEAU DJIBY DIALLO 

3em MOUSSA SY 2em adjoint au maire 

 

source RMD 95.5 FM

RECASEMENT DES MARCHANDS : La ville de Dakar va livrer 3 chantiers à hauteur de 9 milliards

Le nouveau bâtiment qui doit abriter le marché Kermel de Dakar et le centre commercial dédié aux marchands tabliers situé à la rue Félix Eboué seront réceptionnés ‘’peut-être au courant du mois d’août’’, tandis que les travaux dans le bâtiment qui abrite le marché Sandaga sont toujours en cours, a révélé mercredi Moussa Sy qui conduisait une mission de visite de terrain dans ces sites pour le compte de la municipalité de Dakar. 

Accompagné de plusieurs conseillers municipaux, des maires de communes d’arrondissement de Dakar, des promoteurs et d’autres partenaires, le maire des Parcelles Assainies a visité d’abord le nouveau bâtiment qui abrite le marché Kermel. 

Sur place, les ouvriers sont à pied d’œuvre pour finaliser l’ouvrage et le livrer ‘’au plus tard dans trois semaines’’, assure Mamadou Berthé, délégué du conseil municipal de Dakar et par ailleurs architecte. 

D’un coût de près de 4 milliards de francs CFA, le nouveau marché Kermel est composé de plus de 300 cantines réparties entre trois niveaux, d’un espace commercial de 700 mètres carrés, d’une cafétéria, d’un établissement bancaire, d’une salle de prières, d’un parking sous-sol avec deux rampes d’entrée et de sortie, des caméras de surveillance et beaucoup d’autres équipements. 

‘’Ce bâtiment va servir de site de recasement pour les marchands de Kermel qui avaient été victimes d’un incendie, il y a plus de 20 années (en 1993). C’est un site moderne dont la gestion et la procédure d’attribution des cantines seront discutées entre les acteurs concernés’’, a promis M. Berthé. 

Les 300 cantines du nouveau marché Kermel de Dakar bientôt réceptionnées (maire)

Lignedirecte.sn-Les autorités de la ville de Dakar vont bientôt procéder à la réception du nouveau marché Kermel dont le coût est estimé à 4 milliards de f cfa, a affirmé mercredi à Dakar, Moussa Sy, adjoint au maire de Dakar.

« Le nouveau marché Kermel sera bientôt réceptionné. L’infrastructure a coûté 4 milliards de francs cfa. Sa réception peut même être faite courant août », a notamment dit Moussa Sy.

Il s’exprimait au terme d’une visite de chantiers de la ville de Dakar, en présence de la presse.

Le nouveau marché Kermel est composé de 300 cantines réparties entre trois niveaux, d’un espace commercial de 700 mètres carrés, d’une cafétéria, d’un établissement bancaire, d’une salle de prière, d’un parking sous-sol avec deux rampes d’entrée et de sortie, des caméras de surveillance et beaucoup d’autres équipements.

Recasement des marchands ambulants: La Ville de Dakar case les déguerpis de Sandaga et de Petersen à Kermel

L'équipe du conseil municipal de la ville de Dakar a effectué une visite de sites de commerce, ce mercredi 12 août. Il s’agit des centres commerciaux de Kermel et de  Félix Eboué, pour recaser principalement les marchands ambulants et tabliers qui ont été déguerpis de Sandaga, du Boulevard du Centenaire et de Petersen. Ces deux bâtiments de R+3 chacun ont été réalisés avec la dernière technologie.  

A l’issu de la visite, Moussa Sy, maire des Parcelles assainies, par ailleurs, chef de la délégation, a déclaré que ces deux espaces commerciaux et celui de Sandaga qui n’a pas été visité, ont été financés et réalisés par la Ville de Dakar et ses partenaires, pour un coût global de près de 9 milliards de francs Cfa, y compris l’achat des sites et la réalisation des travaux.  

Selon l’édile des Parcelles assainies, tous les travaux sont finis, il ne reste que quelques réaménagements supplémentaires à faire au niveau du centre commercial de Félix Eboué. Ce, pour faciliter l’écoulement des eaux pluviales et usées. La réception était prévue pour le 15 août prochain mais elle sera un peu retardée par ces quelques travaux qui sont en cours de finalisation.

« Dakar 2025 » : L’avenir du commerce ambulant face aux stratégies d’aménagement de la municipalité

Le commerce ambulant occupe une place centrale dans l’économie des villes africaines et constitue bien souvent, pour nombre de leurs habitants, une des seules opportunités de revenus. A Dakar, la municipalité a pourtant décidé de progressivement éradiquer ces activités informelles, devenues incompatibles avec la logique de modernisation urbaine récemment engagée, ce qui oblige les marchands à adopter de nouvelles stratégies d’occupation de l’espace urbain.

À la tête de la mairie de Dakar depuis 2009, Khalifa Ababacar Sall a fait de l’aménagement urbain une de ses priorités (L’Afrique des Idées 2011). Adoptée en 2010 [1], la stratégie de développement urbain du « Grand Dakar » à horizon 2025 ambitionne de faire de la capitale sénégalaise une « métropole moderne » en matière d’environnement, de services et infrastructures, et de gouvernance métropolitaine.

Dans ce nouveau contexte, le commerce ambulant est perçu comme contraire à l’image de la modernité recherchée. Bien que la vente dans la rue soit officiellement interdite depuis 1976, elle demeure importante, en particulier dans le quartier résidentiel du « Centenaire », situé au centre-ville et désormais transformé en un marché où cohabitent boutiquiers chinois et vendeurs de rue. Si l’informel est à Dakar, comme dans bien d’autres villes africaines et pays en voie de développement, un secteur essentiel (Steck 2007 ; De Fatima Cabral Gomez et Reginensi 2007), il revêt dans ce quartier des enjeux importants. Son dynamisme résulte en effet de la rencontre de trois groupes d’individus aux aspirations différentes, qui a abouti à l’occupation illégale d’un espace dont tirent profit des commerçants chinois, des propriétaires immobiliers et de jeunes migrants pauvres originaires de l’intérieur du Sénégal.

À partir d’entretiens menés auprès d’élus et employés de la ville, de commerçants chinois, de vendeurs sénégalais et de riverains [2] , nous proposons de confronter les logiques de cette politique urbaine avec celle des commerçants des rues, « tabliers » [3] et employés qui ont su s’adapter aux opportunités offertes par la présence chinoise à Dakar. Issue de stratégies de survie, cette adaptation conjoncturelle se trouve en complet désaccord avec la politique de modernisation menée par la nouvelle équipe municipale, qui entend bien éradiquer ce type d’activités du centre-ville.

COMMUNIQUE DE PRESSE: Amélioration des ressources de la Ville de Dakar; la Banque Mondiale présente ses conclusions

Dans le cadre de l’appui de la Banque Mondiale au secteur fiscal de la Ville de Dakar, le  projet de mise en place de la stratégie d'amélioration des recettes de la Ville a été lancé dans sa première phase en Septembre 2013, avec l’ensemble des acteurs de la chaine fiscale sénégalaise.

 Dans l’optique d’accompagner la Ville à maitriser la gestion de ses ressources, il est prévu un atelier de restitution des conclusions générales des études réalisées par les consultants de la Banque Mondiale, le mardi 03 mars 2015 à 10h précises à l’hôtel Terrou Bi.

 Cette rencontre inclusive qui réunira tous les acteurs de la chaine fiscale, sera l’occasion de présenter  et de partager  les études réalisées sur : les recettes de marché, les recettes de stationnement, les recettes sur la taxe sur la publicité, le cadastre et l’adressage, l’informatique et le recouvrement.

Pages

S'abonner à RSS - désencombrement