kiosque

Contre la suppression des régions : Les travailleurs des collectivités locales dans rue

Les travailleurs des collectivités locales affiliés à la Fédération Générale des Travailleurs du Sénégal (FGTS) étaient dans la rue cet après midi pour dénoncer les dispositions de l’Acte 3 de la Décentralisation qui prévoient la suppression des régions et menace leur emploi.

De la place de l’Obélisque où la procession a démarré au rond du triangle sud de la Rts, Sidiya Ndiaye et ses camarades n’ont que deux revendications à la bouche : « Non à l’Acte 3 de la Décentralisation ! Oui au recrutement des travailleurs des collectivités locales dans la fonction publique ». 

« L’Acte 3 de la décentralisation présente de nombreux risques pour les travailleurs des collectivités locales et de dangers pour les Sénégalais», se démarquent ainsi le Secrétaire Général de la FGTS, Sidiya Ndiaye et ses camarades tous vêtus de rouge ; signe de colère de cette réforme. « Non à la suppression des régions ! Oui au recrutement des travailleurs des collectivités locales dans la fonction publique », scandent-ils. 

Khalifa Sall contre l’acte III de la décentralisation : « J’ai dit à mon parti que son opinion sur la question ne me concerne pas »

Le feu couve au Parti Socialiste (PS). Khalifa Sall dans tous ses états. Il se démarque de son leader Ousmane Tanor Dieng. Il se dit pas du tout concerné sur la position de ce dernier sur l’acte III de la décentralisation. Une nouvelle réforme, selon les propres termes du maire de Dakar, qui va « mettre un trait sur 200 ans d’histoire de la ville de Dakar ». Pis, « 300 ans pour Saint-Louis et Rufisque ». Ce qui est « désolant » selon le responsable socialiste. 

L'acte 3 de la décentralisation, une des réformes majeures du régime Sall en place, n’est pas pour plaire à Khalifa Sall. Malgré l’arrimage sans cesse réaffirmer du PS par Ousmane Tanor Dieng aux côtés du président Sall, le maire de Dakar torpille le projet. Une véritable monstruosité si on en croit le responsable socialiste qui se démarque ainsi de la position de son parti sur la question. 

« J’ai mon propre point de vue sur cette nouvelle réforme et j’ai déjà dit à mon parti que son opinion ne m’engage pas du tout. Le seul souci  que j’ai avec l’acte III de la décentralisation, c’est que la continuité territoriale qui garantissait la vie dans une organisation antérieure va être suspendue. Chaque commune va vouloir mener la politique qui lui semble appropriée sans tenir compte de certaines choses », dénonce Khalifa Sall qui enfonce le clou. 

La ville de Dakar adopte des propositions de dénomination de rues à des figures religieuses

vdLe conseil municipal de la ville de Dakar a adopté à l’unanimité, jeudi, les propositions de dénomination d’une dizaine de rues et de places publiques à des figures religieuses et à des notabilités, a constaté l’APS.

Réunis en séance plénière sous la présidence du maire Khalifa Ababacar Sall et en présence de nombreux conseillers et maires de communes d’arrondissement, le conseil municipal a procédé à la délibération de ces propositions de rues dans les quartiers de Dakar. 

Ainsi plusieurs rues des Parcelles Assainies de Dakar sont rebaptisées au nom de Serigne Massamba Mbacké, de Serigne Abdoul Aziz Sy Dabakh, de Serigne Mouhamadou Lamine Bara Mbacké. L’avenue qui longe la rue 22 des Parcelles Assainies est dénommée officiellement ‘’Avenue Cheikh Saad Bouh Ben Abédi’’. 

Les Allées du rond-point Cambérère jusqu’à l’intérieur de Cambérène sont désormais baptisées officiellement ‘’Allées Seydina Issa Rokhou Laye’’. Dans leur délibération les conseillers ont aussi officialisé la dénomination de l’autoroute entre la Patte d’Oie et l’aéroport ‘’Autoroute Seydina Limamou Laye’’. 

Abass Ndao, ambulants et pavage: Khalifa Sall affiche la fermeté

Le maire de la ville de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, a réaffirmé jeudi la poursuite des projets comme le pavage, la réorientation de la subvention accordée à l’hôpital Abass Ndao et le déguerpissement des marchands ambulants pour améliorer la circulation dans la capitale sénégalaise.

‘’Dans quelques jours, nous allons procéder au déguerpissement de certains sites et recaser les marchands ambulants. C’est irréversible. Nous allons faire vider toutes les places publiques et libérer notamment le centre-ville’’, a-t-il dit.

M. Sall s’exprimait au cours d’une séance plénière du conseil municipal de Dakar. Les conseillers ont adopté à l’unanimité le budget pour l’exercice 2014 qui s’élève à plus de 59 milliards de francs CFA, avant de délibérer sur le rachat du terrain de l’usine de pavage. 

L’ordre du jour a aussi porté sur la convention de partenariat culturel entre la ville de Dakar et le Groupe Xalam, ainsi que la régularisation de la procédure de lotissement de l’extension du village de Yoff (APECSY), la restructuration de certains quartiers et la dénomination de rues.

Oumar Ndao, un brillant esprit au service des arts et des hommes

Le Directeur de la culture et du tourisme de la Ville de Dakar, Oumar Ndao, dramaturge, scénariste et metteur en scène, décédé lundi soir à l’âge de 56 ans, a été un brillant et infatigable militant de la culture, qui n'a jamais perdu le sens du partage.La preuve, c'est l'onde de choc provoquée par l'annonce de son décès dans le monde des arts, qui perd ainsi un esprit curieux et brillant, un personnage généreux et plein d’humour. Son activité, faite de partage, a fait se converger vers lui les compétences les plus diverses. 

 Dans les discussions et échanges dont il était acteur, Oumar Ndao faisait, avec l’humilité qui le caractérisait, étalage d’une vaste culture générale, d’une connaissance profonde de la société sénégalaise, de son pays qu’il a parcouru en suivant son père, un administrateur civil, sur les lieux de son affectation. Titulaire d'une maîtrise de lettres modernes, à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (1985), il décroche ensuite un diplôme d’études approfondies et un diplôme d’études spécialisées en littérature comparée, à l’Université Mohamed V de Rabat (Maroc), respectivement en 1987 et 1991. Dramaturge et metteur en scène, Oumar Ndao devient assistant en littératures d'Afrique, au département de lettres modernes de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, en même temps qu'il est intervenant théâtre à l’Institut supérieur des arts et de la culture de Dakar. 

Rue Mass Diokhané : la justice désigne un expert pour mesurer l'impact du recasement des ambulants

La chambre administrative de la Cour suprême du Sénégal a désigné l'expert Amara Touré pour situer "les contours et l'impact" du projet du maire Khalifa Ababacar Sall d'installer les commerçants sur la rue El Hadj Mass Diokhané de Dakar, a appris l'APS, vendredi, de source judiciaire.

La présidente de ladite chambre, Fatou Habibatou Diallo, a rendu jeudi dernier une décision sur la requête introduite, un mois plus tôt, par des habitants et riverains de la rue El Hadj Mass Diokhané, dans la commune d'arrondissement de Dakar-Plateau. 

Dans sa décision, signale la même source, elle a ordonné "une expertise aux frais des requérants à l'effet de déterminer les contours et l'impact du projet initié par le maire de la ville de Dakar portant recasement de commerçants sur la rue Elhadj Mass Diokhané". 

La chambre administrative a en outre désigné "Amara Touré, expert, à l'effet d'y procéder", tout en décidant également de signifier "la présente ordonnance au maire de la ville de Dakar", ajoute la même source. 

"Nous saluons cette décision historique et courageuse", a déclaré Me Bara Diokhané, qui défend les intérêts des plaignants dans cette affaire mettant en cause le projet de recasement des marchands ambulants sur cette rue de Dakar. "Une jurisprudence est née au Sénégal le 9 janvier 2014", a souligné l'avocat. 

Après le bras de fer remporté sur les commerçants récalcitrants du centre-ville de Dakar, la décision de l'autorité municipale de la ville se heurte, à nouveau, à d'autres formes de résistances dans le centre-ville de la capitale sénégalaise, notamment celle du collectif appelé Renaissance Dakar-Plateau. 

Mairie de Dakar Khalifa Sall n’est pas encore décidé à présenter sa candidature

kasDAKARACTU.COM Le maire de la capitale qui présidait la dernière session budgétaire de la ville avant les élections, a fait savoir que, pour le moment, il n’était pas à mesure de dire si oui ou non il sera candidat aux prochaines locales. Il a aussi a apporté des précisions sur l’organisation du grand festival Ribidion. Pour ceux qui n’ont pas vu de grande différence entre le feu d’artifice annulé et l’organisation de ce festival, Khalifa Sall a rétorqué qu’il n’y a pas photo entre dépenser 80 millions FCFA et 300 millions FCFA. Selon lui, le Ribidion 2013 n’a coûté à la mairie de Ndaakaaru que 80 millions FCFA, dont seulement 50 déposés en liquide.

Khalifa Sall invite les maires à finaliser les travaux dans les délais

kasDakar, 7 jan (APS) - Le maire de la ville de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, a invité, mardi, les maires des communes d’arrondissement à s’organiser davantage, afin de finaliser les travaux entamés dans les volets de la voirie, de l’éclairage et du pavage.

‘’Les travaux vont reprendre à partir du 15 janvier prochain. Et nous ne laisserons aucune commune nous retarder. Elles (communes d’arrondissements) seront couvertes de travaux en plein temps. J’insiste pour qu’ils aillent vite et bien’’, a-t-il indiqué, lors d'une séance plénière du conseil municipal consacrée au budget de la ville de Dakar.

''Ce budget qui s’élève à plus de 58 milliards de francs CFA est un budget de consolidation'', a précisé Khalifa Sall, ajoutant que près de 17 milliards destinés au pavage et à la voie doivent être consommés dans un délai de 6 à 7 mois.

‘’Il reste deux à trois communes qui doivent finaliser le pavage, alors qu’on a mis de l’ordre dans le financement. Nous devons dire aux populations comment on utilise le milliard’’, a estimé le maire de la Ville.

ACTE 3 DE LA DÉCENTRALISATION : ENVERS ET CONTRE TOUT !

C’est fait ! Le régime cachottier et manœuvrier du Yoonu Yokkuté, profitant de ce que les citoyens sénégalais étaient occupés à préparer le Magal et les fêtes de fin d’année, a subrepticement fait adopter par l’Assemblée Nationale, le jeudi 19 décembre dernier, le report des élections locales initialement prévues en mars 2014. Les députés de la Coalition Bennoo Bokk Yakaar, ont également adopté, au cours de la même séance, le projet de loi n°21/2013 portant Code général des Collectivités locales. Faisant table rase des conclusions des Assises Nationales et des travaux de la CNRI en cours, le gouvernement sénégalais a préféré aller s’inspirer de la nouvelle réforme territoriale française dénommée elle aussi acte III de la décentralisation (est-ce un pur hasard ?), pour tenter de résoudre la crise avérée du processus de décentralisation dans notre pays.

Vote du Code général des collectivités locales: Aminata Diallo, proche de Khalifa Sall, s'abstient et crache ses vérités

Même au sein du groupe de la majorité, tout le monde n'a pas voté le Code général des collectivités locales. Très proche de Khalifa Sall maire de Dakar, selon nos confrères du journal l'As, la députée Aminata Diallo n'a pas voté le Code. Convaincue que le but de ce projet est de combattre son mentor, même si elle ne le dit pas ouvertement, la jeune parlementaire a bombardé Me Oumar Youm, ministre de la décentralisation et des Collectivités locales, de questions. Selon elle, l'argumentaire qui consiste à faire croire qu'on ne va pas dépouiller la ville de Dakar ne tient pas la route. "Il n'y a plus de villes!

Pages

S'abonner à RSS - kiosque