kiosque

Seneweb.com désigne M. Khalifa Sall, homme de l’année 2013

HOMME DE L’ANNEE 2013 : Khalifa Sall " Dakar a son Haussmann"


Khalifa Sall n’a pas lésiné sur les moyens pour rendre Dakar plus attractive. Néanmoins, même si des résultats spectaculaires ont été obtenus, quelques progrès restent à faire pour faire de Dakar une métropole moderne du 21ème siècle.


Khalifa Sall, 57 ans, maire de Dakar et candidat à sa propre succession aux prochaines élections locales en 2014, a le vent en poupe. Sa cote de popularité n’a jamais été aussi forte. A tel point qu'il est devenu aujourd'hui l’une des personnalités les plus emblématiques de la vie publique. L'ancien ministre et député allie toutes les qualités d'un homme d'Etat: un caractère bien trempé, un esprit visionnaire, un goût affiché du débat et de l’innovation en sus d’une conception assez forte des combats collectifs. Sa différence, il la cultive sur le plan des idées et de la méthode. De lui, on retiendra surtout ses travaux herculéens destinés à l’amélioration du cadre de vie.

GREVE DES EBOUEURS ET INSALUBRITE DE LA CAPITALE: KHALIFA SALL, le maire de Dakar clarifie l’entière responsabilité de l’Etat

DAKARACTU.COM Sur un budget de 12 milliards FCFA prévu pour Dakar, l’Etat du Sénégal n’a remis à la mairie que la somme de 7 milliards FCFA, les 5,5 autres milliards de nos francs ayant servi à liquider des arriérés et autres dépenses. Somme très en-deçà des besoins. 

Ces éclaircissements sont ceux de Khalifa Sall le maire de Dakar, une capitale noyée par les ordures, suite à la grève des éboueurs. 

Mieux, il a indiqué avoir d’abord averti les autorités que cette somme est loin d’être suffisante, sans réaction étatique. Alors que cet avertissement a été adressé toutes autorités concernées, a-t-il souligné. 

Ville de Dakar: l’UNACOIS-JAPPO salue la "réaffectation" de fonds au profit de sinistrés de Sandaga

feuDakar, 25 nov (APS) - Une organisation d'opérateurs économiques sénégalais a salué l'annonce, par les autorités municipales de Dakar, de la "réaffectation" des fonds initialement destinés aux festivités de fin d’année, en vue de faciliter l'acquisition de sites de rétablissement des anciens commerçants de Sandaga.

‘’Le Bureau national de l’UNACOIS-JAPPO se félicite de la décision du conseil municipal de la ville de Dakar, sous l’égide de Monsieur Khalifa Ababacar Sall, président dudit conseil, portant réaffectation de la part budgétaire des festivités de fin d’année 2013, aux sinistrés du marché de Sandaga’’, indique un communiqué reçu à l'APS, lundi.

Jeudi dernier, lors d’une séance plénière du conseil municipal de la ville de Dakar, M. Sall rappelait que le rétablissement des commerces de Sandaga et de tous ceux qui vont être déguerpis était devenu une priorité pour la municipalité de Dakar.

‘’Je voudrais annuler toutes les festivités de fin d’année car nous ne devons pas mettre 300 millions dans les décorations et dans les feux d’artifices alors que nous devons acheter un marché à 1,5 milliard et que nous devons payer 150 à 200 millions pour recaser les marchands de Sandaga au champs de course’’, déclarait l'édile.

‘’L’UNACOIS-JAPPO, tout entière, se réjouit de cette initiative, fort responsable, patriotique et humaniste’’, rapporte le communiqué signé par son 2e vice-président, Youssoupha Cissé, qui dirige aussi sa section régionale de Dakar.

Khalifa Sall annonce des économies pour recaser les marchands de Sandaga

Le maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, a fait part jeudi de son souhait d’annuler toutes les festivités de fin d’année afin de permettre à la municipalité de faire des économies qui seront utilisées pour le recasement des marchands de Sandaga et à l’acquisition d’un nouveau marché.

Les festivités et les décorations de fin d’année coûtent à la mairie de Dakar environ 300 millions de francs CFA par an. Le maire de la capitale souhaite utiliser cet argent pour rétablir les marchands de Sandaga et acquérir pour l’achat d’un marché.

‘’Je voudrais annuler toutes les festivités de fin d’année car nous ne devons pas mettre 300 millions dans les décorations et dans les feux d’artifices alors que nous devons acheter un marché à 1,5 milliard et que nous devons payer 150 à 200 millions pour recaser les marchands de Sandaga au champs de course’’, a-t-il dit.

S’exprimant lors d’une séance plénière du conseil municipal de la ville de Dakar, M. Sall a rappelé que le rétablissement des commerces de Sandaga et de tous ceux qui vont être déguerpis était devenu une priorité pour la municipalité de Dakar.

‘’Nous nous sommes engagés à chercher à recaser tout ceux que nous ferons bouger’’, a-t-il insisté, soulignant que ces mesures prises par la mairie de Dakar engendrent des problèmes financiers énormes.

Centre-ville de Dakar : Un incendie ravage le marché Sandaga

Un violent incendie a ravagé le marché Sandaga, hier soir. Les feux ont entraîné d’importants dégâts matériels. L’origine du sinistre est inconnue. Une enquêt sera ouverte pour en déterminer les circonstances.

C’est au moment où Sandaga baissait, petit à petit, ses rideaux qu’un incendie s’est déclanché dans le mythique bâtiment du marché. Il était 21 heures 04 mn, informe le colonel Sengane Diagne, responsable de la Communication de la Brigade nationale des Sapeurs pompiers. Ce grand bâtiment, fermé récemment par le préfet de Dakar, ainsi les cantines qui le ceinturent sur les rues Emile Badiane et Sandéniéry et même sur l’avenue Lamine Guèye ont pris feu. 8 minutes plus tard, les éléments des sapeurs-pompiers sont arrivés sur les lieux. Alors que ceux de la police nationale, sous la supervision de la directrice, Mme Anna Sémou Faye, étaient déjà sur les lieux pour contrecarrer tout débordement. D’ailleurs, il leur a fallu des renforts parce que les propriétaires des cantines continuaient de rallier les lieux pour s’enquérir de la situation.  

Pendant ce temps, les sapeurs-pompiers qui ont mobilisé de gros moyens, étaient à pied d’œuvre. Plus de 10 engins de pompe et une soixantaine d’éléments des casernes de Dakar de même que le général de Brigade étaient sur le lieu du sinistre. Mais à cause de leurs moyens limités, l’absence de bouches d’incendie et de l’inaccessibilité du marché par les engins d’incendie, ils ont mis du temps pour circonscrire le feu. «Ce qui retarde toujours nos interventions, c’est l’absence de bouches d’incendie. Il en faut pour les marchés et les édifices publics. C’est un cri de cœur que je lance. On pourrait se ravitailler en eau sur place et gagner du temps», assène le Colonel Diagne.  

Dakar évaluée pour la première fois par une agence de notation

La ville de Dakar a reçu une note de l'agence de notation financière Bloomfield Investment Corporation. Une première pour une collectivité locale en Afrique de l'Ouest.

Mis à jour le 22 octobre 2013 : la note attribuée à la ville de Dakar sur le court terme est bien A3 et non AAA comme indiqué précédemment.

L'agence Bloomfield Investment Corporation, basée à Abidjan, vient de finaliser la première notation financière publique de la ville de Dakar. La Capitale du Sénégal devient ainsi la première métropole de l'UEMOA et de la la zone FCFA a se voir attribuer une note. Dakar obtient la note de "BBB+", qui indique un risque d'investissement modéré, sur le long terme, avec une perspective positive. Sur le court terme, Dakar reçoit la note de A3 qui entre dans la catégorie "note d'investissement", avec une perspective positive. Selon les informations reçues par Jeune Afrique, l'attribution de cette notation est un préalable à l'émission d'obligations de la capitale sénégalaise à la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) d'Abidjan en 2014.

Les cantines externes de Sandaga seront évacuées (préfet)

Les cantines externes du marché Sangada seront bientôt évacuées et les occupants recasés dans le site de l’ex-Camp Lat Dior, a annoncé le préfet de Dakar Alyoune Badara Diop.

Nous avons un plan de fermeture du marché Sandaga. Il est impossible qu’on ferme le bâtiment et que les cantines externes soient toujours occupées. Toutes ces cantines seront évacuées, leurs occupants vont recevoir bientôt des sommations pour céder les lieux’’, a-t-il dit dans une interview parue dans la livraison du mardi du journal L’Observateur. 

Le bâtiment central du marché Sandaga, situé dans le centre-ville de Dakar, a été provisoirement fermé samedi dernier, dans le but d'être réhabilité. Mais les cantines jouxtant le marché sont toujours occupées. 

''Il n’a jamais été question de raser le marché Sandaga. Nous avons dit qu’il y a un projet de réhabilitation du marché. Notre rôle, c’est de fermer le marché et de recaser les commerçants qui occupaient les lieux’’, a expliqué Alyoune Badara Diop. 

Le marché menaçant ruine: Sandaga est fermé

Depuis hier soir à minuit, le marché mythique dénommé Sandaga est fermé pour des raisons de sécurité. Décision du Préfet de Dakar Alioune Badara Diop par arrêté portant fermeture provisoire du marché. 

Ce n’est pas pour cause d’absentéisme du aux fêtes de tabaski. Cette fois, c’est pour de bon. C’est sur les antennes de la télévision nationale que le préfet de Dakar, Alioune Badara Diop, a annoncé hier vendredi, la fermeture (à partir de minuit) du marché Sandaga, « Pour un problème de sécurité », a fait savoir le Préfet. Celui-ci d’expliquer que « C’est pour préserver notre pays d’une éventuelle catastrophe ». Une nouvelle qui ne sera pas toutefois pas forcément du goût des commerçants dudit marché, mais le Préfet de faire savoir que « Nous avons un site au niveau du camp Lat Dior pour recaser ses commerçants. » Des commerçants qui pour la plupart ne sont pas encore de retour des fêtes mais qui, ne devraient pourtant pas être surpris par la décision dans la mesure où, selon le Préfet, ils en étaient avertis. 

Le dernier avertissement en date émanait d’ailleurs du chef de l’Etat Macky Sall, lui-même, lors du conseil des ministres du 3 octobre dernier. Abordant alors le premier point de sa communication consacré à la situation d’insalubrité des marchés sur l’ensemble du territoire national, le Président de la République avait exprimé sa préoccupation face à ce phénomène, qui constitue un risque sanitaire majeur pour les populations. Le président Macky Sall avait ainsi invité le Gouvernement à veiller « scrupuleusement » à l’amélioration du cadre de vie dans les marchés, en veillant « surtout à la sécurité civile des bâtiments », en engageant un audit technique, sans délai, de l’édifice principal du marché de Sandaga, afin d’entreprendre, en rapport avec la ville de Dakar, les travaux de réhabilitation et de sécurisation appropriés. De toute évidence, ces directives du président Sall ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd. 

Marché Sandaga : fermeture provisoire du bâtiment central, à partir de samedi

APS: Le bâtiment central du marché Sandaga, situé dans le centre-ville de Dakar, sera provisoirement fermé à partir de samedi, dès minuit, dans le but d'être réhabilité, a annoncé le préfet de Dakar, Alioune Badara Diop.

''Nous avons pris un arrêté portant fermeture provisoire du marché Sandaga, pour des raisons liées à son état de dégradation et à des problèmes d'ordre sécuritaire", a dit M. Diop à la Radiodiffusion télévision sénégalaise (RTS1). 

Selon le préfet de Dakar, des réunions se sont tenues et des rapports établis sur l’état de dégradation du marché. La "vétusté'' du marché justifie cette décision, a-t-il souligné. 

Alyoune Badara Diop assure que les occupants du marché Sandaga seront recasés au camp Lat Dior, situé dans le quartier d'affaires du Plateau. 

Lors du conseil des ministres du 3 octobre, le président Macky Sall avait "invité le gouvernement à veiller scrupuleusement à l’amélioration du cadre de vie dans les marchés". 

Il avait surtout recommandé aux membres du gouvernement de veiller "surtout à la sécurité civile des bâtiments, en engageant un audit technique, sans délai, de l’édifice principal du marché de Sandaga, afin d’entreprendre, en rapport avec la Ville de Dakar, les travaux de réhabilitation et de sécurisation appropriés". 

Tandem Paris-Dakar : 130 artistes sénégalais conviés au "match retour"

Dakar, 3 oct (APS) – Cent trente artistes sénégalais, conviés par les organisateurs, participent dans la capitale française au ‘’match retour’’, une manifestation considérée comme la suite du Tandem Paris-Dakar, une plateforme d’échanges culturels entre les deux capitales, a appris l’APS, jeudi, lors d’un point de presse à Dakar.

"Le match retour’’, qui se déroule du 9 septembre au 19 décembre, est la suite d’une série de manifestations qui se sont déroulées à Dakar, du 28 mars au 28 juin dernier.

Il se tient dans la capitale française avec une série d’évènements : projections de films, danses, photographies, concerts, etc. 

Après la projection d’un film sur le portrait de cinq artistes sénégalais, le directeur de l’Institut français de Dakar, Moncef Follain, a fait un bilan de la première phase du Tandem Paris-Dakar.

L’évènement a connu ‘’plus de 30.000 spectateurs dont 7.000 lors des trois jours de cultures urbaines, à la Biscuiterie de la Médina, 2 mille au cinéma Christa, avec différentes prestations du théâtre, de la mode en passant par la musique urbaine, la danse.‘’, a-t-il relevé.

Pages

S'abonner à RSS - kiosque