CADAK-CAR

LE MAIRE DE MAIRE: «LA VILLE DE DAKAR VA S’OCCUPER DE SES ORDURES»

Le maire de Dakar, Khalifa Sall a déclaré hier, mercredi 25 novembre, que la ville de Dakar ne laissera personne s’occuper de ses ordures. Le maire Khalifa Sall a fait cette déclaration lors d’un conseil municipal tenu sous sa présidence. Khalifa Sall a également réfuté toutes les raisons avancées par les autorités pour justifier le retrait de la gestion des ordures à l’entente Cadak Car. Il a ainsi annoncé la saisie de la Cours suprême pour faire casser le décret confiant la gestion des ordures dans Dakar à l’Unité de coordination et de gestion des ordures (Ucg).  

En déclarant clos le débat sur le retrait des ordures à l’entente de la Cadak Car au profit de l’Ucg, le ministre de la Gouvernance Locale, de la Gouvernance locale, du Développement et de l’Aménagement du Territoire, Abdoulaye Diouf Sarr était-il aller trop vite en besogne. Tout porte à le croire en tout cas. En effet, lors de la session du conseil de la ville de Dakar sous sa présidence hier, mercredi 25 novembre, le maire Khalifa Sall semble dire le contraire. Face aux membres du conseil municipal présents à cette séance, le secrétaire national à la vie politique du Parti socialiste est même allé plus loin en tapant du poing sur la table et déclaré à qui veut l’entendre que la ville de Dakar ne laissera personne s’occuper de ses ordures.

Selon lui, la gestion des ordures est une compétence naturelle des collectivités locales et la ville de Dakar ira au bout de cette bataille pour le respect de la loi. «L’autorité naturelle, compétente pour s’occuper d’ordures, ce sont les collectivités locales. La ville de Dakar va s’occuper de ses ordures. Parce que, quand c’est sale, quand ce n’est pas propre, on ne demande pas le ministère, on ne demande pas les autorités gouvernementales, on dit ou est le maire. «Deuk bi saleté na, ana maire bi» (la ville est salle où est le maire ?», a déclaré l’édile de la capitale sénégalaise tout en demandant à l’inter commission aménagement urbain de la ville d’anticiper déjà la réflexion pour la prise en charge de la gestion des ordures dans la ville de Dakar. 

«Nous ne laisserons personne s’occuper de nos ordures. Nous déferons ce texte au niveau de la Cour suprême parce qu’il viole la loi et nous ne pouvons pas l’accepter», prévient le maire socialiste de Dakar tout en poursuivant : «ce qui me gêne dans cette histoire, c’est qu’on s’est basé sur des décisions qui ont violé les textes et la loi pour prendre des décisions. Quand j’ai lu le rapport de présentation, j’ai été meurtri. Parce que moi, pour la petite expérience que j’ai de l’État, je n’ai jamais soumis un pareil rapport de présentation à mon chef. Surtout dans le fond, ce qui est écrit est contestable».

Le maire de Dakar, sur la situation des enfants de la rue : «Le sujet est délicat mais osons poser le problème»

Un séminaire inter-municipalités, sur le thème Agir pour la protection des enfants et jeunes en danger, a réuni hier les acteurs autour de la question. Ils vont se pencher sur les moyens à adopter pour éradiquer ce fléau.

Le débat sur les enfants de la rue est loin d’être épuisé dans ce pays. De la Médina aux Almadies en passant par Grand-Dakar, Grand-Yoff, on est frappé d’apercevoir cette horde de gamins, déguenillés, qui errent dans les rues de la capitale à la recherche du pain quotidien. Cette image interpelle les autorités qui essaient de trouver des solutions à cette situation. Le Samu social international et des maires d’Afrique ont organisé hier un séminaire inter-municipalités sur le thème Agir pour la protection des enfants et jeunes en danger à l’Hôtel de ville de Dakar. Pour Khalifa Sall, maire de Dakar, «la question est devenue très inquiétante, alarmante». Et il poursuit : «Le sujet est délicat parce qu’on nous parle d’enseignement coranique mais osons transgresser, posons le problème, l’enseignement coranique n’est qu’un prétexte, ce qui se passe c’est une exploitation des enfants, un vrai racket.» Devant Abdoulaye Diouf Sarr, ministre de la Gouvernance locale, Khalifa Sall a demandé la formation d’une alliance regroupant les parents, les autorités et les maîtres coraniques pour endiguer cette «épineuse question». 

Le maire de Dakar sur la gestion des ordures ménagères: « Un document politique ne peut pas dissoudre un décret »

Le maire de Dakar, Khalifa Sall a haussé le ton hier. Il a mis à profit la réunion du Conseil municipal de la Ville de Dakar pour asséner ses vérités au gouvernement. Il s’est aussi montré déterminé à défendre ses droits suite au décret présidentiel qui confère la gestion des ordures de la ville de Dakar à l’Unité de coordination de la gestion (Ucg) des déchets solides au détriment de l’Entente Cadak-Car. 

« La gestion des ordures est une compétence naturelle des collectivités locales. Dans tous les pays au monde, ce sont elles qui ont en charge la gestion jusqu’à la valorisation des déchets. Si on prend les ordures d’une intercommunalité, on les donne aux communes. Si l’État veut gérer les ordures, alors qu’il modifie le Code des collectivités locales comme le régime précédent l’avait fait », a martelé le maire socialiste. 

Lutte contre l'insalubrité : Moussa Tine lance l'opération "Dakar set wecc"

CADAKL’Entente CADAK’CAR vient d’initier une grande opération de nettoiement et de désherbage des grandes artères de la capitale sénégalaise. Elle dure plus d’une vingtaine de jours et concerne le circuit présidentiel (du Palais de la République à l’aéroport Léopold Sédar Senghor), les deux voies de Liberté 6 ainsi que les allées de la VDN,...

L'objectif de cette guerre contre les ordures, c'est de rendre la capitale sénégalaise plus attrayante. Selon l’un des maîtres d’œuvre de cette opération, Abou Thiam, chargé de communication de l’Entente CADAK’CAR, "Cette opération initiée sous les directives du DG de l’Entente CADAK/CAR, Moussa Tine, vise à faire de Dakar un endroit salubre où il fait bon vivre. Durant presque un mois, nos équipes ont travaillé d’arrache-pied. Avec l’appui du Préfet et la ville de Dakar, nous avons déguerpi certaines cantines et les éleveurs de moutons installées sauvagement dans certains endroits de Dakar. La bande verte qui part de la Station Elton du CICES à Yoff a été minutieusement entretenue.

GREVE DES EBOUEURS ET INSALUBRITE DE LA CAPITALE: KHALIFA SALL, le maire de Dakar clarifie l’entière responsabilité de l’Etat

DAKARACTU.COM Sur un budget de 12 milliards FCFA prévu pour Dakar, l’Etat du Sénégal n’a remis à la mairie que la somme de 7 milliards FCFA, les 5,5 autres milliards de nos francs ayant servi à liquider des arriérés et autres dépenses. Somme très en-deçà des besoins. 

Ces éclaircissements sont ceux de Khalifa Sall le maire de Dakar, une capitale noyée par les ordures, suite à la grève des éboueurs. 

Mieux, il a indiqué avoir d’abord averti les autorités que cette somme est loin d’être suffisante, sans réaction étatique. Alors que cet avertissement a été adressé toutes autorités concernées, a-t-il souligné. 

INSALUBRITE A DAKAR : le seul coupable est l’Etat du Sénégal

orduresLa gestion des ordures au Sénégal était une compétence dévolue aux collectivités locales. Cela allait changer avec le régime de Wade. En effet, avec les libéraux, seules les communes de la région de Dakar sont compétentes pour la gestion des ordures dans leur localité. Pour faute de moyens, les autres collectivités locales ont vu cette compétence leur être retirée. Des dispositions particulières sont prises par décret pour le transfert du programme de gestion des déchets solides à l’Entente CADAK/CAR, le transfert du programme de gestion des déchets solides urbains au Ministère de l’Environnement et de la Protection de la Nature. 

Ainsi, l’entente CADAK-CAR et le ministère de l’environnement s’occupent de la gestion des ordures solides dans la région de Dakar. Le Ministère chargé de l’environnement a pour mission l’élaboration et l’application de la politique environnementale dont la gestion implique plusieurs autres acteurs, notamment les collectivités locales. Seulement, contrairement aux autres régions qui ont vu cette compétence de la gestion des ordures leur être retirée, la région de Dakar gère par elle-même ses ordures par le biais de l’entente CADAK-CAR. Chaque trimestre, le ministère des finances procède à un virement pour permettre à l’entente CADAK-CAR de payer les concessionnaires qui sont les propriétaires des camions qui ramassent les ordures et les techniciens de surface. 

S'abonner à RSS - CADAK-CAR