Khalifa SALL, maire de DAKAR : « Nous n’avions pas cessé de les informer de la libération de la voie publique »

Des marchands ambulants ont indiqué n’avoir pas reçu de sommation. Le maire de Dakar, Khalifa Sall, affirme le contraire.  

A plusieurs reprises, « les tabliers » ont interpelé Khalifa Sall pour lui signifier leur désaccord. Chaque fois, il s’est arrêté pour les écouter et échanger avec eux, sans faire dans la langue de bois. La plupart d’entre eux soutiennent n’avoir pas été mis au courant de ce déguerpissement. Mais Khalifa Sall s’inscrit en faux contre cet argument. « Soit vos responsables ne vous ont pas dit la vérité, soit il y a un problème de communication », relève-t-il. « Depuis 3 ans, nous ne cessons de vous informer du processus de libération des emprises de la voie publique. En novembre 2012, nous avons échangé avec vos responsables pour leur fait part du déguerpissement. Avant-hier, (vendredi, Ndlr), nous avons passé des communiqués sur les ondes des radios pour informer les populations, notamment vous », rectifie l’édile de Dakar. « Nous sommes des pères de famille.

Voulez-vous qu’on aille au chômage » ? lui demande un marchand ambulant, très en colère. « Nous sommes des compatriotes. Nous sommes, pour la plupart, des musulmans. Mais avant tout, nous sommes des êtres humains, nous ne cherchons pas à vous mettre en chômage. Nous avons trouvé des sites de recasement pour vous. Jusqu’ici, personne parmi vous n’a voulu s’y installer », rétorque Khalifa Sall, qui assure qu’il ne fait pas de sa réélection une obsession.

 

Compte-rendu de Souleymane Diam SY, Elhadji Ibrahima Thiam (textes) et Pape Seydi (photos)