Centre-ville de Dakar : Un incendie ravage le marché Sandaga

Un violent incendie a ravagé le marché Sandaga, hier soir. Les feux ont entraîné d’importants dégâts matériels. L’origine du sinistre est inconnue. Une enquêt sera ouverte pour en déterminer les circonstances.

C’est au moment où Sandaga baissait, petit à petit, ses rideaux qu’un incendie s’est déclanché dans le mythique bâtiment du marché. Il était 21 heures 04 mn, informe le colonel Sengane Diagne, responsable de la Communication de la Brigade nationale des Sapeurs pompiers. Ce grand bâtiment, fermé récemment par le préfet de Dakar, ainsi les cantines qui le ceinturent sur les rues Emile Badiane et Sandéniéry et même sur l’avenue Lamine Guèye ont pris feu. 8 minutes plus tard, les éléments des sapeurs-pompiers sont arrivés sur les lieux. Alors que ceux de la police nationale, sous la supervision de la directrice, Mme Anna Sémou Faye, étaient déjà sur les lieux pour contrecarrer tout débordement. D’ailleurs, il leur a fallu des renforts parce que les propriétaires des cantines continuaient de rallier les lieux pour s’enquérir de la situation.  

Pendant ce temps, les sapeurs-pompiers qui ont mobilisé de gros moyens, étaient à pied d’œuvre. Plus de 10 engins de pompe et une soixantaine d’éléments des casernes de Dakar de même que le général de Brigade étaient sur le lieu du sinistre. Mais à cause de leurs moyens limités, l’absence de bouches d’incendie et de l’inaccessibilité du marché par les engins d’incendie, ils ont mis du temps pour circonscrire le feu. «Ce qui retarde toujours nos interventions, c’est l’absence de bouches d’incendie. Il en faut pour les marchés et les édifices publics. C’est un cri de cœur que je lance. On pourrait se ravitailler en eau sur place et gagner du temps», assène le Colonel Diagne.  

C’est à 23 heures 25 mn que des marins pompiers des Forces françaises du Cap Vert sont venus appuyer leurs homologues sénégalais. A 00 heures 30 mn, un membre dudit détachement confie que «le feu est circonscrit, mais pas maîtrisé».  «Nous sommes maîtres du feu. Tout danger ou risque de propagation est écarté », confirme le colonel Diagne, indiquant «qu’il ne reste qu’à retourner le décombre pour voir s’il n’y a pas de reprise de feu». «Nous ne partirons pas tant que le feu n’est pas maîtrisé», rassure-t-il.

 Origine inconnue du sinistre

Il était 1 heure du matin. Pour l’instant, a dit le colonel Diagne, l’origine du sinistre et le nombre de cantines atteintes par le feu ne sont pas déterminés. Mais des voix se sont levées. D’aucunes soutiennent que cet incendie est provoqué pour riposter contre l’arrêt préfectoral, autorisant la fermeture du grand bâtiment du marché Sandaga. D’autres accusent les pouvoirs publics d’avoir mis le feu à l’édifice pour le fermer définitive. Mais, seule l’enquête ouverte permettra de déterminer les causes exactes de l’incendie ainsi que l’ampleur des dégâts. D’ores et déjà, certains propriétaires de cantines évaluent les dégâts à des centaines de millions de FCfa.

Le maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, présent sur les lieux dès les premières heures du sinistre, n’a pas voulu réagir face à ces accusations. Toutefois, il reste ouvert aux interpellations des commerçants et propriétaires de cantines. Le préfet de Dakar, Alyoune Badara Diop n’a pas fait, non plus, de déclaration. Des députés comme Moustapha Diakhaté de Benno Bokk Yaakar (Bby), Demba Diop et des responsables politiques dont Moussa Tine et Pape Diop de Benno Bokk Guis-Guis étaient également sur les lieux. Selon ce dernier, l’état de vétusté du marché de Sandaga ne date pas d’aujourd’hui. « La protection civile avait remis un rapport alarmant, sur cet édifice public, il y a 4 ans de cela. J’avais informé le président de la République, Me Abdoulaye Wade. Malheureusement, une décision n’a pas été prise à temps», a-t-il regretté, déplorant la fermeture du marché sans une concertation préalable avec les commerçants.

 

Souleymane Diam SY