Rentrée solennelle des cours et tribunaux : collectivités locales et contrôle de légalité La décentralisation intéresse tous les acteurs

Une justice au service du développement de notre pays. C’est en substance, le souhait des pouvoirs executif et judiciaire. Le thème ; collectivités locales et contrôle de légalité débattu, lors de la rentrée solennelle des cours et tribunaux lance ainsi la seconde phase de l’acte trois de la décentralisation. Pour ce que le Président de la République Macky Sall appelle « les pôles territoires ou associations de régions ».

Les collectivités locales et leur essor intéressent, tous les acteurs. Une occasion saisie par le pouvoir judiciaire, pour engager les réformes. Aujourd’hui les conseils régionaux sont supprimés. Place maintenant aux pôles territoires ou associations de régions. Le vœu du Chef de l’Etat sénégalais, qui s’exprimait, ce mardi, lors de la rentrée solennelle des cours et tribunaux.  

« La décentralisation intéresse tous les acteurs y compris le pouvoir judiciaire », dira Macky Sall. Et « le contrôle de légalité tel qu’organisé est respectueux libertés locales mais révèle des insuffisances à corriger. Il  ressort donc de l’exposé du substitut du procureur Birame Sène que « les collectivités locales prennent des actes et s’abstiennent de les transmettre ». Avec quelque fois un taux faible « 16 ; 97 %. En 2014, 123 actes ont été renvoyés en seconde lecture », précise le magistrat. Des manquements avec des facteurs d’ordre « juridique, conjoncturel et politique ». Ainsi, « l’Etat et  les collectivités locales doivent former un seul bloc, garant d’une cohésion nationale ».

 Cette nouvelle approche mise sur pied par le pouvoir central n’a nullement « la volonté de brimer les collectivités locales dans l’exercice et la plénitude de leurs pouvoirs », précise Macky Sall. Elle vise plutôt leur émancipation et l’élimination des lenteurs dans la mise en œuvre des organisations des collectivités locales ». Ces dernières étant des « démembrements de l’Etat », il faudrait ainsi viser « la concertation, le conseil, le culte du dialogue pour des solutions plus apaisantes que les procédures contentieuses ».

Une décentralisation, au service du peuple sénégalais. Et la seconde phase de l’acte trois compte renforcer la gouvernance locale, financer la politique de développement territorial et la mise en place prochaine du haut conseil des collectivités territoriales ».

 

Rama DIAW