Abass Ndao, ambulants et pavage: Khalifa Sall affiche la fermeté

Le maire de la ville de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, a réaffirmé jeudi la poursuite des projets comme le pavage, la réorientation de la subvention accordée à l’hôpital Abass Ndao et le déguerpissement des marchands ambulants pour améliorer la circulation dans la capitale sénégalaise.

‘’Dans quelques jours, nous allons procéder au déguerpissement de certains sites et recaser les marchands ambulants. C’est irréversible. Nous allons faire vider toutes les places publiques et libérer notamment le centre-ville’’, a-t-il dit.

M. Sall s’exprimait au cours d’une séance plénière du conseil municipal de Dakar. Les conseillers ont adopté à l’unanimité le budget pour l’exercice 2014 qui s’élève à plus de 59 milliards de francs CFA, avant de délibérer sur le rachat du terrain de l’usine de pavage. 

L’ordre du jour a aussi porté sur la convention de partenariat culturel entre la ville de Dakar et le Groupe Xalam, ainsi que la régularisation de la procédure de lotissement de l’extension du village de Yoff (APECSY), la restructuration de certains quartiers et la dénomination de rues.

‘’Nous ne reculerons pas. Il vaut mieux créer l’incident et avancer que d’être discipliné et rester sur place. J’ai appris que les marchands ambulants ont déposé une demande d’autorisation de marche, je prie pour qu’on le leur accorde, s’ils m’invitent même je viendrais marcher avec eux, mais en tous les cas ils vont quitter le centre-ville’’, a soutenu l'édile.

‘’Le Centenaire, c’est nos Champs Elysée. Nous allons libérer toutes les rues de Sandaga et alentours, les rues Valmy, Raffanel, Emile Badiane, Sandiniérie et autres. Tout le monde va quitter (…). Dans trois ans, il n’y aura pas d’ambulants à Dakar, ils seront tous recasés’’, a-t-il promis.

Evoquant les difficultés dont souffre la structure hospitalière Abass Ndao, dont la mairie assure l’une des tutelles, Khalifa Ababacar Sall se veut formel en indiquant qu'il a décidé de mettre un terme aux subventions qui ne servent qu’à satisfaire des points de revendication syndicale.

‘’Chaque année, nous accordons 200 millions de francs CFA à l’hôpital Abass Ndao, l’Etat lui accorde une subvention annuelle de 800 millions. Mais, tout cet argent va être distribué à au personnel pour satisfaire des primes et des indemnités. Nous allons mettre fin à cela’’, a-t-il déclaré.

Désormais, a poursuivi Khalifa Sall, le budget alloué à cette structure hospitalière va servir à l’achat de matériel pour relever son plateau technique, mais non à satisfaire des primes de motivations qui ne finissent jamais. 

‘’La mairie fait des efforts, l’Etat aussi, mais que font les travailleurs eux-mêmes? Il est attendu un minimum d’efforts de leur part. Les 95% du budget d’Abass Ndao sont allés au personnel. Il n’ y a plus d’investissement’’, a-t-il déploré.

S’agissant du pavage, qui est l’un des projets phares de la ville, M. Sall a annoncé que dans une dizaine de jours, les travaux vont reprendre. ‘’On avait recruté 1000 éléments pour le pavage, nous avons encore recruté 1000 autres pour finaliser les travaux’’, a-t-il dit.

Il a souligné que le pavage ne répond pas seulement à un souci d’embellissement de la ville. ‘’Environ 40% des ordures domestiques sont constituées de sable. Avec le pavage, il y aura moins de sables et on fera des économies’’, a expliqué le maire de Dakar.