Cadre de Vie

Rue Mass Diokhané : la justice désigne un expert pour mesurer l'impact du recasement des ambulants

La chambre administrative de la Cour suprême du Sénégal a désigné l'expert Amara Touré pour situer "les contours et l'impact" du projet du maire Khalifa Ababacar Sall d'installer les commerçants sur la rue El Hadj Mass Diokhané de Dakar, a appris l'APS, vendredi, de source judiciaire.

La présidente de ladite chambre, Fatou Habibatou Diallo, a rendu jeudi dernier une décision sur la requête introduite, un mois plus tôt, par des habitants et riverains de la rue El Hadj Mass Diokhané, dans la commune d'arrondissement de Dakar-Plateau. 

Dans sa décision, signale la même source, elle a ordonné "une expertise aux frais des requérants à l'effet de déterminer les contours et l'impact du projet initié par le maire de la ville de Dakar portant recasement de commerçants sur la rue Elhadj Mass Diokhané". 

La chambre administrative a en outre désigné "Amara Touré, expert, à l'effet d'y procéder", tout en décidant également de signifier "la présente ordonnance au maire de la ville de Dakar", ajoute la même source. 

"Nous saluons cette décision historique et courageuse", a déclaré Me Bara Diokhané, qui défend les intérêts des plaignants dans cette affaire mettant en cause le projet de recasement des marchands ambulants sur cette rue de Dakar. "Une jurisprudence est née au Sénégal le 9 janvier 2014", a souligné l'avocat. 

Après le bras de fer remporté sur les commerçants récalcitrants du centre-ville de Dakar, la décision de l'autorité municipale de la ville se heurte, à nouveau, à d'autres formes de résistances dans le centre-ville de la capitale sénégalaise, notamment celle du collectif appelé Renaissance Dakar-Plateau. 

GREVE DES EBOUEURS ET INSALUBRITE DE LA CAPITALE: KHALIFA SALL, le maire de Dakar clarifie l’entière responsabilité de l’Etat

DAKARACTU.COM Sur un budget de 12 milliards FCFA prévu pour Dakar, l’Etat du Sénégal n’a remis à la mairie que la somme de 7 milliards FCFA, les 5,5 autres milliards de nos francs ayant servi à liquider des arriérés et autres dépenses. Somme très en-deçà des besoins. 

Ces éclaircissements sont ceux de Khalifa Sall le maire de Dakar, une capitale noyée par les ordures, suite à la grève des éboueurs. 

Mieux, il a indiqué avoir d’abord averti les autorités que cette somme est loin d’être suffisante, sans réaction étatique. Alors que cet avertissement a été adressé toutes autorités concernées, a-t-il souligné. 

INSALUBRITE A DAKAR : le seul coupable est l’Etat du Sénégal

orduresLa gestion des ordures au Sénégal était une compétence dévolue aux collectivités locales. Cela allait changer avec le régime de Wade. En effet, avec les libéraux, seules les communes de la région de Dakar sont compétentes pour la gestion des ordures dans leur localité. Pour faute de moyens, les autres collectivités locales ont vu cette compétence leur être retirée. Des dispositions particulières sont prises par décret pour le transfert du programme de gestion des déchets solides à l’Entente CADAK/CAR, le transfert du programme de gestion des déchets solides urbains au Ministère de l’Environnement et de la Protection de la Nature. 

Ainsi, l’entente CADAK-CAR et le ministère de l’environnement s’occupent de la gestion des ordures solides dans la région de Dakar. Le Ministère chargé de l’environnement a pour mission l’élaboration et l’application de la politique environnementale dont la gestion implique plusieurs autres acteurs, notamment les collectivités locales. Seulement, contrairement aux autres régions qui ont vu cette compétence de la gestion des ordures leur être retirée, la région de Dakar gère par elle-même ses ordures par le biais de l’entente CADAK-CAR. Chaque trimestre, le ministère des finances procède à un virement pour permettre à l’entente CADAK-CAR de payer les concessionnaires qui sont les propriétaires des camions qui ramassent les ordures et les techniciens de surface. 

Ville de Dakar: l’UNACOIS-JAPPO salue la "réaffectation" de fonds au profit de sinistrés de Sandaga

feuDakar, 25 nov (APS) - Une organisation d'opérateurs économiques sénégalais a salué l'annonce, par les autorités municipales de Dakar, de la "réaffectation" des fonds initialement destinés aux festivités de fin d’année, en vue de faciliter l'acquisition de sites de rétablissement des anciens commerçants de Sandaga.

‘’Le Bureau national de l’UNACOIS-JAPPO se félicite de la décision du conseil municipal de la ville de Dakar, sous l’égide de Monsieur Khalifa Ababacar Sall, président dudit conseil, portant réaffectation de la part budgétaire des festivités de fin d’année 2013, aux sinistrés du marché de Sandaga’’, indique un communiqué reçu à l'APS, lundi.

Jeudi dernier, lors d’une séance plénière du conseil municipal de la ville de Dakar, M. Sall rappelait que le rétablissement des commerces de Sandaga et de tous ceux qui vont être déguerpis était devenu une priorité pour la municipalité de Dakar.

‘’Je voudrais annuler toutes les festivités de fin d’année car nous ne devons pas mettre 300 millions dans les décorations et dans les feux d’artifices alors que nous devons acheter un marché à 1,5 milliard et que nous devons payer 150 à 200 millions pour recaser les marchands de Sandaga au champs de course’’, déclarait l'édile.

‘’L’UNACOIS-JAPPO, tout entière, se réjouit de cette initiative, fort responsable, patriotique et humaniste’’, rapporte le communiqué signé par son 2e vice-président, Youssoupha Cissé, qui dirige aussi sa section régionale de Dakar.

Khalifa Sall annonce des économies pour recaser les marchands de Sandaga

Le maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, a fait part jeudi de son souhait d’annuler toutes les festivités de fin d’année afin de permettre à la municipalité de faire des économies qui seront utilisées pour le recasement des marchands de Sandaga et à l’acquisition d’un nouveau marché.

Les festivités et les décorations de fin d’année coûtent à la mairie de Dakar environ 300 millions de francs CFA par an. Le maire de la capitale souhaite utiliser cet argent pour rétablir les marchands de Sandaga et acquérir pour l’achat d’un marché.

‘’Je voudrais annuler toutes les festivités de fin d’année car nous ne devons pas mettre 300 millions dans les décorations et dans les feux d’artifices alors que nous devons acheter un marché à 1,5 milliard et que nous devons payer 150 à 200 millions pour recaser les marchands de Sandaga au champs de course’’, a-t-il dit.

S’exprimant lors d’une séance plénière du conseil municipal de la ville de Dakar, M. Sall a rappelé que le rétablissement des commerces de Sandaga et de tous ceux qui vont être déguerpis était devenu une priorité pour la municipalité de Dakar.

‘’Nous nous sommes engagés à chercher à recaser tout ceux que nous ferons bouger’’, a-t-il insisté, soulignant que ces mesures prises par la mairie de Dakar engendrent des problèmes financiers énormes.

Un désencombrement sur fond de tensions au marché Castor de Dakar

La tension reste vive depuis hier au marché Castor, située dans la commune d’arrondissement de Dieuppeul Derkhlé de Dakar. Une vaste opération de désencombrement des voies d’accès, organisée par la mairie sur ordre de la Préfecture de Dakar, en est la raison. Cela a fait suite aux nombreuses protestations des riverains contre l’occupation anarchique de tous les espaces jusqu’à la devanture des maisons.

Un climat de pollution s’installe ainsi en continue du matin comme de nuit en perturbant la quiétude, ce qui justifierait bien la réaction énergique de l’autorité contre les marchands ambulants et tabliers, qui violent même les limites du marché. La gendarmerie qui s’est donc déployée sur les lieux, hier, pour surveiller le bon déroulement des opérations de libération de l’espace publique dans le marché, a procédé à l’arrestation de sept marchands sur le motif de leur opposition à la décision de l’autorité.

Opération de désencombrement sur la corniche ouest de Dakar

Dakar, 16 août (APS) – Des responsables de l'administration ont supervisé vendredi soir une opération de désencombrement de la corniche ouest de Dakar, où des commerces et des tentes ont été détruits sous haute surveillance policière, a constaté un photographe de l'APS.

Des commerces et des tentes situés aux abords du siège de la Cour suprême ont été détruits. Les personnes qui les exploitaient ont été sommées de quitter les lieux. 

Nettoiement et pose de bacs à ordures sur les plages de Dakar : La Ville de DAKAR, les eaux minérales KIRENE et le camp sportif FAYDA joignent leurs efforts

SENENEWS.COM:  La Ville de DAKAR, les eaux minérales KIRENE et le camp sportif FAYDA organisent à partir de ce week-end un circuit de Beach Volley sur plusieurs plages de la capitale. Par la même occasion, les organisateurs vont poser des bacs à ordures pour contribuer à la préservation de l’environnement marin.

 Le coup d’envoi du circuit Beach Volley et des opérations de nettoiement des plages sera donné ce dimanche 18 août 2013 à 10H à la plage de la BCEAO, en présence des responsables du camp sportif FAYDA, des autorités de la Ville de Dakar et de la direction de la société SIAGRO, productrice des eaux minérales KIRENE.

KHALIFA SALL REPOND A SES DETRACTEURS « C’est une fausse idée que de dire que le pavage risque de créer des inondations »

iGFM : Interpellé hier en marge de la cérémonie de distribution de «kits ndogou» à la Grande mosquée de Dakar sur les chantiers de pavage dans certaines zones de la ville, qui selon certains risquent de créer des inondations, le maire de Dakar Khalifa Sall de répliquer à ceux «qui se disent techniciens». «C’est une fausse idée que de dire que ces travaux risquent de créer des inondations», a-t-il relevé. Actuellement, les travaux en cours ne sont faits que «dans des zones où il y a de l’assainissement, dans la phase test», a-t-il expliqué.

Dakar ville propre : Khalifa Sall soutient le projet « Dakar Set Wecc »

 SENENEWS.COM: Le maire de la ville de Dakar khalifa Sall a laissé entendre  que lui et ses conseillers vont soutenir le projet Dakar ville propre en installant des  poubelles un peu partout dans la ville.

« Nous voulons démarrer l’opération d’ici juillet ; la construction d’une ville est un tout » a fait savoir le maire de Dakar  qui participait à la cérémonie de lancement  du single intitulé ‘’Dakar set Wecc, aqu dëkk-bi’’ (Dakar propre, les droits de la ville). Ce CD de sensibilisation, destiné à une diffusion gratuite, a été réalisé par quatre artistes sénégalais : Xuman, Maxi Krezy, Yoro Ndiaye et Ablaye Mbaye. Ce CD, déjà distribué à des centaines d’exemplaires, sera accompagné d’un clip.

Pour le maire de Dakar, Khalifa Sall, ce CD ‘’interpelle  tout le monde mais surtout il éduque’’.

«Il faut que les Dakarois recouvrent le plaisir à marcher dans les rues de Dakar  et nous somme prêts à en payer le prix de l’impopularité et le prix politique et ,dans ce cadre la mairie est en train de nouer un partenariat avec les mouvements urbains et accompagner la construction de la maison des cultures urbaines’’ a souligné M.Sall.

Pages