CGLUA réunit à Tanger (MAROC) : Mise en place d'un Fonds de développement des villes africaines

Le comité exécutif de cités et gouvernements locaux unis d'Afrique (CGLUA) a clôturé les travaux de sa 12e réunion, lundi soir à Tanger, avec une ferme détermination pour la mise en place du Fonds de développement des villes africaines.

Intervenant lors de la cérémonie de clôture, le président de CGLU Afrique, Khalifa Ababascar Sall, a affirmé que les membres du CGLU se sont accordés à mettre en place ce Fonds qui va permettre aux villes d'Afrique de relever les défis liés à la décentralisation et à l'amélioration de la performance et de la gouvernance des collectivités locales (CL), en particulier dans le domaine de la gestion et de leur autonomisation financière.

Le responsable a salué les efforts déployés par le Maroc en matière de gouvernance et de développement local et le chantier de régionalisation avancée dans lequel il s'est engagé, notant avec grande satisfaction les dispositions mises en œuvre par le Royaume pour réussir l'organisation de cette grand-messe et permettre au CGLUA de jouer le rôle qui lui échoit et de renforcer ses capacités pour la promotion du développement des pays africains. 

«Les CL africaines devraient être des entités complémentaires afin de renforcer le développement local des pays du Continent africain et de promouvoir leur rayonnement à l'échelle internationale», a-t-il souligné.

Pour sa part, le ministre de l'Intérieur, Mohamed Hassad, a mis l'accent sur l'importance que revêt la tenue de cette rencontre dans une ville marocaine, notant que le Royaume est aujourd'hui plus que jamais engagé à développer au maximum ses relations de coopération avec les pays africains et à promouvoir le développement du Continent et la prospérité des peuples africains.

Dans ce contexte, le ministre a souligné les réformes profondes engagées par le Maroc portant sur les régions et les CL, visant notamment à assurer une autonomisation financière et fonctionnelle de la région, tout en lui donnant les moyens financiers pour relever les défis de développement local, notant qu'un budget d'environ 4 milliards de dollars (environ 39 milliards de dirhams) sera alloué pour la gestion des régions du Maroc durant les six prochaines années.

Quant au président de l'Association marocaine des présidents des conseils communaux (AMPCC), Fouad El Omari, il a fait savoir que cette réunion a été une occasion idoine pour débattre des différentes questions en relation avec l'environnement, le transport public, les nouvelles technologies, la pauvreté et la marginalisation dans le continent africain et ce, afin de s'engager dans des partenariats effectifs de nature à relever ces défis.

Fouad El Omari, également maire de Tanger, a souligné que le renforcement des prérogatives des collectivités locales des pays africains devrait permettre de gagner le pari lié au développement local et de mettre à la disposition des villes africaines des financements nécessaires pour jouer le rôle qui leur est assigné.

Cette rencontre, organisée par l'Association marocaine des présidents des conseils communaux (AMPCC) en partenariat avec la commune urbaine de Tanger, a été marquée par l'adoption du compte rendu de la 11e réunion du Comité exécutif tenue le 13 octobre 2014 à Johannesburg, et du rapport sur la mise en œuvre des résolutions prises dans ce cadre, outre l'approbation des comptes de 2014 et la discussion des préparatifs du Sommet Africités 2015.

Cette réunion s'est déroulée en présence notamment du wali de la région de Tanger-Tétouan, de maires et de représentants des collectivités locales de plusieurs pays africains, ainsi que des experts dans le domaine de la gouvernance territoriale. 

Les Cités et gouvernements locaux unis d'Afrique est l'organisation faîtière et la voix unie assurant la représentation des collectivités locales de l'ensemble du continent africain. Elle rassemble 40 associations nationales de CL de toutes les régions d'Afrique, ainsi que 2.000 villes comptant plus de 100.000 habitants.