Emprunt obligataire: Khalifa Sall dénonce le « wakh wakhète » du régime de Macky Sall

Le blocage de l’emprunt obligataire de la mairie de Dakar par l’Etat du Sénégal a mis le maire de Dakar dans tous ses états.

« Ce qui nous gène c’est que l’Etat du Sénégal puisse se dédire, c’est gênant. Tous les partenaires qui se sont engagés dans le projet, que ce soit l’Usaid, la Banque mondiale… se sont tous engagés, parce que l’Etat nous avait donné un avis de non-objection. Le fait pour l’Etat de se rétracter, le wakh wakhète de l’Etat n’est pas sans conséquence, parce qu’il y a une loi de 1970 qui régente un peu les décisions de l’Etat et les modalités, les conditions, les moyens par lesquels, il peut revenir sur ses décisions. Mais surtout il y a eu des jurisprudences de la Cour suprême portant sur des noms très célèbres ».

Dans cet ordre d’ides, avance le maire de Dakar, « quand l’Etat prend une décision pour une personne, pour une institution, et cette décision crée des avantages, ou crée des conséquences, il ne peut pas se rétracter, au-delà de deux mois ».

Cet emprunt de la BAD a un différé de 3 ans et le prêt de l’Afd de 6,2 milliards avec un différé de 7 ans.

Face à la représentation nationale, jeudi, le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan Amadou Bâ avait laissé entendre que le différend avec la mairie est une question technique et juridique.