La Mairie

La Ville de Dakar à la Bourse pour financer son nouvel espace commercial

Depuis deux ans, la Ville de Dakar travaillait sur le financement du projet Dakar Municipal Finance Project (DMFP), avec le soutien de la Fondation Bill & Melinda Gates. Il s’agit, pour la Ville de Dakar, de lever des fonds sur le marché financier régional afin de construire un nouvel espace commercial, sur l’îlot Petersen. «Une première en Afrique francophone», selon le Maire Khalifa Sall qui a donné la nouvelle, lors d’un point de presse.     

«C’est une première en Afrique francophone ! La Fondation Bill et Melinda Gates a décidé d’accompagner la Ville de Dakar dans son initiative de finaliser l’aménagement urbain et la promotion de l’urbanisme commercial, pour construire un nouvel espace dédié totalement à l’activité commerçante dans l’ex-îlot Petersen. A travers ce projet, la Mairie veut faire du développement», s’est exclamé le Maire de Dakar, M. Khalifa Sall, suite à cet accord. En effet, la finalisation de ce projet qui lie la Mairie à cette fondation est prévue dans le premier trimestre de 2014 avec l’annonce de l’opération d’emprunt obligataire.

Ce projet, dénommé Dakar Municipal Finance Project (DMFP), est une forme de promotion de l’urbanisme commercial. Il doit aider à caser les commerçants ambulants dans des espaces dédiés et désencombrer le centre-ville. Le projet vise également la promotion du tourisme privé sénégalais, le renforcement de capacités des commerçants sénégalais, dans leurs aptitudes professionnelles et leurs désirs de promotion économique et d’émancipation sociale. D’après le Maire, «le projet s’inscrit dans la logique d’aider la Ville à trouver les voies et moyens afin de mobiliser les ressources nécessaires pour faire face à nos besoins en investissement». 

La Ville de Dakar à la Bourse pour financer son nouvel espace commercial

Depuis deux ans, la Ville de Dakar travaillait sur le financement du projet Dakar Municipal Finance Project (DMFP), avec le soutien de la Fondation Bill & Melinda Gates. Il s’agit, pour la Ville de Dakar, de lever des fonds sur le marché financier régional afin de construire un nouvel espace commercial, sur l’îlot Petersen. «Une première en Afrique francophone», selon le Maire Khalifa Sall qui a donné la nouvelle, lors d’un point de presse.     

«C’est une première en Afrique francophone ! La Fondation Bill et Melinda Gates a décidé d’accompagner la Ville de Dakar dans son initiative de finaliser l’aménagement urbain et la promotion de l’urbanisme commercial, pour construire un nouvel espace dédié totalement à l’activité commerçante dans l’ex-îlot Petersen. A travers ce projet, la Mairie veut faire du développement», s’est exclamé le Maire de Dakar, M. Khalifa Sall, suite à cet accord. En effet, la finalisation de ce projet qui lie la Mairie à cette fondation est prévue dans le premier trimestre de 2014 avec l’annonce de l’opération d’emprunt obligataire.

Ce projet, dénommé Dakar Municipal Finance Project (DMFP), est une forme de promotion de l’urbanisme commercial. Il doit aider à caser les commerçants ambulants dans des espaces dédiés et désencombrer le centre-ville. Le projet vise également la promotion du tourisme privé sénégalais, le renforcement de capacités des commerçants sénégalais, dans leurs aptitudes professionnelles et leurs désirs de promotion économique et d’émancipation sociale. D’après le Maire, «le projet s’inscrit dans la logique d’aider la Ville à trouver les voies et moyens afin de mobiliser les ressources nécessaires pour faire face à nos besoins en investissement». 

La Ville de Dakar à la Bourse pour financer son nouvel espace commercial

Depuis deux ans, la Ville de Dakar travaillait sur le financement du projet Dakar Municipal Finance Project (DMFP), avec le soutien de la Fondation Bill & Melinda Gates. Il s’agit, pour la Ville de Dakar, de lever des fonds sur le marché financier régional afin de construire un nouvel espace commercial, sur l’îlot Petersen. «Une première en Afrique francophone», selon le Maire Khalifa Sall qui a donné la nouvelle, lors d’un point de presse.     

«C’est une première en Afrique francophone ! La Fondation Bill et Melinda Gates a décidé d’accompagner la Ville de Dakar dans son initiative de finaliser l’aménagement urbain et la promotion de l’urbanisme commercial, pour construire un nouvel espace dédié totalement à l’activité commerçante dans l’ex-îlot Petersen. A travers ce projet, la Mairie veut faire du développement», s’est exclamé le Maire de Dakar, M. Khalifa Sall, suite à cet accord. En effet, la finalisation de ce projet qui lie la Mairie à cette fondation est prévue dans le premier trimestre de 2014 avec l’annonce de l’opération d’emprunt obligataire.

Ce projet, dénommé Dakar Municipal Finance Project (DMFP), est une forme de promotion de l’urbanisme commercial. Il doit aider à caser les commerçants ambulants dans des espaces dédiés et désencombrer le centre-ville. Le projet vise également la promotion du tourisme privé sénégalais, le renforcement de capacités des commerçants sénégalais, dans leurs aptitudes professionnelles et leurs désirs de promotion économique et d’émancipation sociale. D’après le Maire, «le projet s’inscrit dans la logique d’aider la Ville à trouver les voies et moyens afin de mobiliser les ressources nécessaires pour faire face à nos besoins en investissement». 

Sénégal - Khalifa Sall : "Les collectivités locales sont l'alpha et l'oméga du développement"

SOURCE JEUNE AFRIQUE: Maire de Dakar depuis cinq ans, plébiscité lors des dernières municipales, l'édile est convaincu que l'essor harmonieux de la métropole passe par une mutualisation des moyens entre communes d'arrondissements.

Peu présent dans les médias, peu disert sur ses ambitions, Khalifa Ababacar Sall, 58 ans, entretient le mystère. Pourquoi n'a-t-il pas brigué, en mai, la succession d'Ousmane Tanor Dieng à la tête du Parti socialiste ? Est-il un allié ou un rival politique de Macky Sall ? Envisage-t-il de se présenter à la prochaine élection présidentielle ? Il n'en dit mot.

Mais lorsqu'il parle de Dakar, dont il est maire depuis 2009, ou de la gouvernance locale, le secrétaire général de l'Association internationale des maires francophones (AIMF) se montre intarissable. Réélu à la tête de la capitale après une large victoire de sa coalition, Taxawu Dakar, aux municipales de juin, Khalifa Sall évoque les défis que la ville et son agglomération doivent relever.

La ville de Dakar distinguée au Prix Guangzhou 2014

Vendredi dernier, 28 novembre 2014, les prix Guangzhou de cette année ont été présentés aux villes gagnantes, provenant de cinq continents dans le monde.

Le Prix Guangzhou, initié en 2012 par CGLU, Metropolis et la Ville de Guangzhou, est organisé en Chine et met à l’honneur les innovations urbaines des différents coins du globe.

COMMUNIQUE DE PRESSE: La Ville de Dakar vient d’être désignée membre du Réseau des villes créatives de l’UNESCO dans la catégorie des arts numériques

logo_vdCette désignation  venant d’un organisme aussi prestigieux que l’UNESCO est le fruit de la volonté politique du Conseil municipal de Dakar appuyée par le soutien formel de l’Etat du Sénégal à travers la Commission nationale pour l’UNESCO mais aussi d’un travail collectif de femmes et d’hommes de culture et de la dynamique communauté des acteurs du numérique qui ont contribué à l’élaboration du dossier de candidature de la ville. 

« Dakar ville créative de l’UNESCO » constitue une reconnaissance des actions réalisées par la municipalité pour développer, avec tous les acteurs, de nouvelles dynamiques culturelles et des convergences artistiques à travers des projets innovants et de son ambition de faire de Dakar, une métropole 2.0.

Cette désignation, qui conforte l’option résolue de la Ville de Dakar de cultiver l’innovation par des échanges, offre de nouvelles opportunités de coopération avec les autres villes sur une plate-forme mondiale, notamment autour d’activités basées sur les notions d’économie créative. En effet, le réseau des villes créatives  vise à développer la coopération internationale entre villes et à les encourager à élaborer des partenariats de développement en accord avec les priorités de l’UNESCO.

Aménagement du rond-point de la Patte d’Oie par le ministère du Cadre de Vie : La ville de Dakar ordonne l’arrêt des travaux

dakarDans le cadre des travaux d’embellissement de la capitale, le ministère du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de Vie a entamé des travaux au rond-point de la Patte d’Oie. Mais, hier, le Chef de la Division de l’Aménagement du territoire de la ville de Dakar a débarqué sur les lieux pour sommer les ouvriers d’arrêter les travaux.

Au sortir d’une visite de terrain, la semaine dernière, le ministre du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de Vie, Diène Farba Sarr, avait annoncé des travaux d’embellissement au niveau du rond-point de la Patte d’Oie. Des travaux qui ont effectivement démarré en début de semaine, mais qui ne sont pas du goût de la ville de Dakar qui n’a point été informé d’une telle initiative. C’est pourquoi, hier, le Chef de la Division de l’Aménagement du territoire de la mairie de ville de Dakar s’est rendu personnellement sur place pour exiger l’arrêt des travaux. «Nous avons été alertés par des populations de l’abattage de plus de soixante-dix (70) arbres. Et, quand nous avons fait le déplacement, on a constaté qu’il y avait sur place des aménagements. Ainsi, nous avons automatiquement ordonné au Directeur du Cadre de vie et des espaces verts urbains d'arrêter lestravaux», confie Abdou Birahim Diop. 

Avant d’ajouter : «Nous leur avons servi une sommation en leur demandant de déférer à la convocation car, cet espace est dévolu à la commune de la Patte d’Oie». À la question de savoir si l’interdiction pourrait être levée, M. Diop, qui rappelle que d’autres travaux ont été menés sans que les communes concernées ne soient informées, répond : «C’est à l’autorité municipale de prendre une décision». Mais, des sources de Libération révèlent que la ville de Dakar va camper sur sa position. «Ce qu’ils (Ndlr : le pouvoir) n’ont pas obtenu par les urnes, ils veulent l’avoir dans l’illégalité. 

Aménagement du rond-point de la Patte d’Oie par le ministère du Cadre de Vie : La ville de Dakar ordonne l’arrêt des travaux

dakarDans le cadre des travaux d’embellissement de la capitale, le ministère du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de Vie a entamé des travaux au rond-point de la Patte d’Oie. Mais, hier, le Chef de la Division de l’Aménagement du territoire de la ville de Dakar a débarqué sur les lieux pour sommer les ouvriers d’arrêter les travaux.

Au sortir d’une visite de terrain, la semaine dernière, le ministre du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de Vie, Diène Farba Sarr, avait annoncé des travaux d’embellissement au niveau du rond-point de la Patte d’Oie. Des travaux qui ont effectivement démarré en début de semaine, mais qui ne sont pas du goût de la ville de Dakar qui n’a point été informé d’une telle initiative. C’est pourquoi, hier, le Chef de la Division de l’Aménagement du territoire de la mairie de ville de Dakar s’est rendu personnellement sur place pour exiger l’arrêt des travaux. «Nous avons été alertés par des populations de l’abattage de plus de soixante-dix (70) arbres. Et, quand nous avons fait le déplacement, on a constaté qu’il y avait sur place des aménagements. Ainsi, nous avons automatiquement ordonné au Directeur du Cadre de vie et des espaces verts urbains d'arrêter lestravaux», confie Abdou Birahim Diop. 

Avant d’ajouter : «Nous leur avons servi une sommation en leur demandant de déférer à la convocation car, cet espace est dévolu à la commune de la Patte d’Oie». À la question de savoir si l’interdiction pourrait être levée, M. Diop, qui rappelle que d’autres travaux ont été menés sans que les communes concernées ne soient informées, répond : «C’est à l’autorité municipale de prendre une décision». Mais, des sources de Libération révèlent que la ville de Dakar va camper sur sa position. «Ce qu’ils (Ndlr : le pouvoir) n’ont pas obtenu par les urnes, ils veulent l’avoir dans l’illégalité. 

Ville de Dakar: 41 milliards pour les travaux et projets en 2015

Le budget 2015 de la Ville de Dakar arrêté à 41 milliards de franc CFA sera consacré à la finition des travaux et projets entamés lors de la dernière mandature de la municipalité, a indiqué son Maire, Khalifa Ababacar Sall.

‘’Il n’y aucun projet nouveau dans le budget de l’année 2015. C’est pourquoi, (nous avons) un budget d’ajustement. Il va nous permettre de finir l’ensemble des projets et travaux entrepris depuis l’année dernière’’, a-t-il lors de la séance plénière portant sur l'examen du projet de budget 2015 de la mairie.

Le budget de la Ville de Dakar est arrêté initialement à 38 milliards de FCFA. Sous proposition des conseillers municipaux, quatre milliards de CFA ont été ajoutés pour la reconstruction du marché Sandaga qui avait pris feu en 2013.

‘’Quand on aura fini de tout mettre en place avec les 19 communes d’arrondissement, nous verrons si le budget peut être revu à la hausse. Pour l’instant on termine, le projet d’amélioration du cadre de vie des Dakarois’’, a expliqué Khalifa Ababacar Sall.

Ville de Dakar : Khalifa Sall annonce deux grands projets pour 2015

Khalifa Ababacar Sall, maire de la ville de Dakar, a annoncé que sa commune va mettre en place les fondamentaux de la constitution d’industries numériques au Sénégal, notamment à Dakar, à travers la création de deux grands projets. Il s’agit d’une Couveuse d’entreprise et un incubateur de Start up.

Pour le premier, il a fait savoir qu’un premier financement est déjà obtenu pour sa création. A travers cette couveuse d’entreprise, explique-t-il, de jeunes garçons et filles seront mis ensemble et accompagnés, pour leur donner les moyens de constituer leurs sociétés, les conduire et les développer. «Dakar, après avoir été, ces 5 dernières années, une ville qui s’investit dans le social, s’est désormais inscrit dans «le troisième millénaire par les industries numériques», a souligné le maire. Une ambition que le maire dit avoir porté auprès de l’Unesco. 

Selon lui, Dakar est un hub qui a les prédispositions à être une ville de services. Mais, pour lui, cela n’est possible que si l’on se donne les moyens de créer les conditions. Le maire faisait face à la presse pour expliquer «la nouvelle vocation de la ville de Dakar», ce lundi 5 janvier, à la mairie de Dakar, suite à l'examen du projet de budget 2015 de ladite commune.

Ville de Dakar : Khalifa Sall annonce deux grands projets pour 2015

Khalifa Ababacar Sall, maire de la ville de Dakar, a annoncé que sa commune va mettre en place les fondamentaux de la constitution d’industries numériques au Sénégal, notamment à Dakar, à travers la création de deux grands projets. Il s’agit d’une Couveuse d’entreprise et un incubateur de Start up.

Pour le premier, il a fait savoir qu’un premier financement est déjà obtenu pour sa création. A travers cette couveuse d’entreprise, explique-t-il, de jeunes garçons et filles seront mis ensemble et accompagnés, pour leur donner les moyens de constituer leurs sociétés, les conduire et les développer. «Dakar, après avoir été, ces 5 dernières années, une ville qui s’investit dans le social, s’est désormais inscrit dans «le troisième millénaire par les industries numériques», a souligné le maire. Une ambition que le maire dit avoir porté auprès de l’Unesco. 

Selon lui, Dakar est un hub qui a les prédispositions à être une ville de services. Mais, pour lui, cela n’est possible que si l’on se donne les moyens de créer les conditions. Le maire faisait face à la presse pour expliquer «la nouvelle vocation de la ville de Dakar», ce lundi 5 janvier, à la mairie de Dakar, suite à l'examen du projet de budget 2015 de ladite commune.

Pour développer la ville de Dakar : Khalifa Sall innove

startupLors de l’examen du budget du Conseil municipal de Dakar hier, le maire Khalifa Sall a annoncé les nouveaux défis de cette institution. Galvanisé par l’érection de la capitale comme «ville créative de l’Unesco», l’édile a affirmé son ambition de faire de Dakar un hub de l’industrie numérique. Pour cela, il annonce la dotation aux élèves de l’élémentaire de tablettes numériques, entre autres projets.

Pour développer la ville de Dakar : Khalifa Sall innove

startupLors de l’examen du budget du Conseil municipal de Dakar hier, le maire Khalifa Sall a annoncé les nouveaux défis de cette institution. Galvanisé par l’érection de la capitale comme «ville créative de l’Unesco», l’édile a affirmé son ambition de faire de Dakar un hub de l’industrie numérique. Pour cela, il annonce la dotation aux élèves de l’élémentaire de tablettes numériques, entre autres projets.

Dakar, Ville créative de l'Unesco : une couveuse et un incubateur de Start up financés

La ville de Dakar, à travers sa nomination par l'Unesco en tant que Ville créative, va créer des industries numériques. Un premier financement est acquis pour la création d'une couveuse à Dakar, tandis que le deuxième, en cours de finalisation, concerne la mise en place d'un incubateur Start up. Selon Khalifa Sall, le maire de Dakar qui était en conférence de presse hier, lundi 5 janvier, l'objectif de ce mandat est de faire de Dakar une ville d'entreprise.

« Le prochain mandat consiste à faire en sorte que Dakar soit une ville d'entreprise, une ville qui investit. Nous avons pensé que le premier mandat était l'occasion de créer les conditions d'amélioration du cadre de vie », a déclaré Khalifa Sall, maire de Dakar. Face à la presse hier, lundi 5 janvier, après le vote du budget de la commune de Dakar, l'Edile de la ville a soutenu que les 5 premières années de son magistère étaient orientées vers le social, et qu'à partir de maintenant, il est temps que Dakar « s'inscrive pour ce 3ième millénaire dans les industries numériques ».

Dakar, Ville créative de l'Unesco : une couveuse et un incubateur de Start up financés

La ville de Dakar, à travers sa nomination par l'Unesco en tant que Ville créative, va créer des industries numériques. Un premier financement est acquis pour la création d'une couveuse à Dakar, tandis que le deuxième, en cours de finalisation, concerne la mise en place d'un incubateur Start up. Selon Khalifa Sall, le maire de Dakar qui était en conférence de presse hier, lundi 5 janvier, l'objectif de ce mandat est de faire de Dakar une ville d'entreprise.

« Le prochain mandat consiste à faire en sorte que Dakar soit une ville d'entreprise, une ville qui investit. Nous avons pensé que le premier mandat était l'occasion de créer les conditions d'amélioration du cadre de vie », a déclaré Khalifa Sall, maire de Dakar. Face à la presse hier, lundi 5 janvier, après le vote du budget de la commune de Dakar, l'Edile de la ville a soutenu que les 5 premières années de son magistère étaient orientées vers le social, et qu'à partir de maintenant, il est temps que Dakar « s'inscrive pour ce 3ième millénaire dans les industries numériques ».

'' Agir local revient à agir efficacement pour le développement'', selon le maire de Dakar

Tous les pays du monde ont aujourd’hui compris qu'’’il faut agir local’’ pour agir efficacement pour le développement, a affirmé samedi, le maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall.

"Le monde entier a compris que pour agir efficacement pour le développement, il faut agir local", a notamment dit M. Sall, à l'ouverture de l'Assemblée générale de l'association des maires du Sénégal (AMS).

Cette rencontre s'achèvera dimanche par le renouvellement du bureau de l'AMS élu en 2009 et l'adoption de nouveaux statuts. Avec l'acte 3 de la décentralisation qui a consacré la communalisation universelle et supprimé les conseils communautaires et régionaux, l'AMS est passée de 150 à environ 600 membres.

"Cet acte 3 de la décentralisation est une étape importante de la gouvernance locale au Sénégal. Le défi qui nous attend avec cet acte 3 porte essentiellement sur le financement des collectivités locales, la consolidation du dialogue politique et la définition du statut de l'élu local", a affirmé Khalifa Sall.

Notation financiere de l’emission obligataire de la ville de DAKAR par Bloomfield Investment Corporation

Bloomfield Investment Corporation a effectué la notation financière de l’emprunt obligataire de 20 milliards de francs CFA que compte émettre la ville de Dakar sur le marché financier de l’UEMOA (BRVM).

La levée de fonds doit permettre le financement de la construction et la mise en service (pendant le délai de grâce de deux ans de l’emprunt) d’un centre commercial dont la finalité est de renforcer le dynamisme économique de la Ville de Dakar, d’améliorer son niveau de recettes propres et de contribuer à l’amélioration du cadre de vie de ses habitants.

Ce projet doit permettre d’honorer les engagements financiers né de l’emprunt qui sera aussi adossé à divers mécanismes institutionnels et opérationnels de sécurisation et à une garantie partielle de 50% par un organisme gouvernemental américain de développement (USAID).

A l’issue de l’exercice de notation de l’emprunt, Bloomfield Investment Corporation lui assigne, à long terme, la note A (note d’investissement) et à court terme, la note A1 (note d’investissement), avec, toutes les deux, une perspective stable.

Notation financiere de l’emission obligataire de la ville de DAKAR par Bloomfield Investment Corporation

Bloomfield Investment Corporation a effectué la notation financière de l’emprunt obligataire de 20 milliards de francs CFA que compte émettre la ville de Dakar sur le marché financier de l’UEMOA (BRVM).

La levée de fonds doit permettre le financement de la construction et la mise en service (pendant le délai de grâce de deux ans de l’emprunt) d’un centre commercial dont la finalité est de renforcer le dynamisme économique de la Ville de Dakar, d’améliorer son niveau de recettes propres et de contribuer à l’amélioration du cadre de vie de ses habitants.

Ce projet doit permettre d’honorer les engagements financiers né de l’emprunt qui sera aussi adossé à divers mécanismes institutionnels et opérationnels de sécurisation et à une garantie partielle de 50% par un organisme gouvernemental américain de développement (USAID).

A l’issue de l’exercice de notation de l’emprunt, Bloomfield Investment Corporation lui assigne, à long terme, la note A (note d’investissement) et à court terme, la note A1 (note d’investissement), avec, toutes les deux, une perspective stable.

Khalifa Ababacar SALL président de la CGLU-AFRIQUE signe un Partenariat stratégique pour le développement avec la Commission Européenne.

La Commission Européenne et CGLU ont signé le 28 janvier le premier partenariat sur la coopération et le développement. Les réseaux de gouvernements locaux et régionaux qui ont signé cet Accord Politiquese sont engagés à agir selon des objectifs communs pour réduire la pauvreté et les inégalités dans le monde, afin de promouvoir la démocratie et le développement durable.

Ce nouveau partenariat représente une étape importante pour l’implication des gouvernements locaux et régionaux dans les politiques de développement. Il reconnait le rôle des municipalités, des villes et des régions en tant qu’acteurs dans la mise en oeuvre des politiques contribuant à résoudre les enjeux mondiaux au niveau local.

L’accord stratégique a été signé en présence de Neven Mimica, Commissaire Européenne à la Coopération Internationale et au Développement, Kadir Topbaş, Maire d’Istanbul et Président de CGLU, ainsi que les représentants politiques des organisations également signataires : Anne Hidalgo, Maire de Paris et Présidente de l’Association Internationale des Maires Francophones (AIMF);  Lazaros Saviddes, Maire de Strovolos (Chypre) and membre du Bureau du Commonwealth Local Government Forum (LGIB); Khalifa Sall, Maire de Dakar et Président de CGLU-Afrique ; Annemarie Jorritsma, Maire d’Almere (Pays-Bas) and Présidente du Conseil des Communes et des Régions d’Europe (CCRE), représentant PLATFORMA. Grâce à ce partenariat, les deux institutions que sont la Commission Européenne et CGLU s’engagent à renforcer le réseau mondial et à contribuer à la durabilité, comme elles l’ont déclaré lors du point presse se tenant avant la signature de l’accord.

Jumelage Dakar et Kinshassa: Une diplomatie des Villes pour un secteur primaire performant

SERVICE PRESSE ET COMMUNICATION: Les Villes de Dakar et de Kinshasa  ont signé ce samedi, une convention. r Khalifa Sall et André Kimbounta comptent   apporter leur pierre à la coopération Sud- Sud. Dans un contexte où « l’Afrique sera la prochaine locomotive du monde » et que les élus doivent participer à l’émergence du vieux continent.

 L’’alliance des villes pour les développement du continent » est parti sur les fonts baptismaux. Khalifa Sall et André Kimbounta ne souhaitent pas lâcher cette « locomotive ». Braazaville, Nouackchott, Sokone et kinshassa sont aujourd’hui dans ce cercle d’une coopération Sud Sud. . Un accord de jumelage a donc  été signé entre le  maire de Dakar et le gouverneur de Kinshassa. La cérémonie qui a s’est déroulée dans la prestigieuse  salle de délibérations de la municipalité dakaroise. Une occasion saisie par le Maire de Dakar,  pour revenir sur les grands défis à relever. En effet « les élus locaux comptent apporter leur pierre dans la construction du continent », dira Khalifa Sall. Poursuivant, il souligne  que le « monde de demain se fera par et pour les Africain et que les élus sont les nœuds de cette attraction. Il  faut les moyens de s’y préparer ». Auparavant le Maire de la Ville a salué le travail abattu par André Kimbounta, « un panafricaniste avéré, un ami de Dakar ».

Pages