Le Cicr et la Ville de Dakar réhabilitent la rue Henri Dunant

Le Comité international de la Croix-Rouge (Cicr), en partenariat avec la ville de Dakar, a réhabilité, avant-hier, la rue Henri Dunant en y posant une plaque commémorative. Un geste qui rend hommage à ce pionnier du mouvement international de la Croix-Rouge, une institution qui a fêté, le 8 mars dernier, ses 150 ans de présence dans l’humanitaire.

Le comité international de la Croix-Rouge (Cicr) a célébré, le 8 mars dernier, les 150 ans de son engagement à fournir des services humanitaires appropriés aux populations vulnérables touchées par des guerres, catastrophes naturelles, famine… Au Sénégal, l’événement a été marqué par la célébration du cinquantenaire de la société de la Croix-Rouge sénégalaise. Les deux institutions et la Ville de Dakar ont, à cette occasion, réhabilité la rue Henri Dunant et posé une plaque commémorative. M. Dunant était un des fondateurs du mouvement international de la Croix-Rouge. Selon le 1er adjoint de Khalifa Sall, Cheikh Guèye, cette rue témoigne de la reconnaissance des actions utiles posées par Henry Dunant en créant cette structure humanitaire au profit des populations en situation difficile. Le chef de délégation du Cicr, Christophe Martin, s’est réjoui de la réhabilitation de la rue Henri Dunant en pleine ville de Dakar. « C’est la reconnaissance des autorités de la ville de Dakar au travail humanitaire que le mouvement de la Croix-Rouge effectue », a-t-il estimé. 

Cheikh Guèye a rappelé que la célébration des 150 ans du Cicr est un moment fort du bilan, de l’évaluation, mais surtout de la reconnaissance et de l’affirmation de tout ce que la Croix-Rouge fait pour alléger les souffrances des populations, en particulier celles victimes des conflits, de la famine et de la sécheresse. 

Christophe Martin a indiqué que le Cicr est doté d’un budget de 1,2 milliards de dollars. Avec cette manne financière, il emploie plus de 12.000 personnes de 145 nationalités dans 80 pays à travers le monde. Il tente, selon lui, de s’inspirer du passé pour faire face aux problèmes de ce monde en aidant les populations les plus fragiles, parce qu’étant victimes des conflits de diverses formes. 

Il a affirmé que l’organisation doit aujourd’hui faire preuve d’innovation, de créativité et travailler en partenariat avec les sociétés nationales de la Croix-Rouge pour essayer d’apporter le soutien nécessaire aux personnes rendues vulnérables à causes des situations parfois dramatiques. Mme Aïcha Fall de la Fédération internationale de la Croix-Rouge pour la région du Sahel a invité la structure et les Etats à mobiliser pour aider les citoyens à faire face aux crises. 

 

Eugène KALY