Le président de CGLU-AFRIQUE invite les Etats africains invités à ratifier la charte africaine sur la décentralisation

APA NEWS : Le Président de Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLUA), Khalifa Sall, a invité les Etats africains à ratifier la Charte africaine sur les valeurs et les principes de la décentralisation, de la gouvernance locale et du développement local.

Il s'exprimait ce dimanche lors de l'ouverture officielle de la 7 eme édition de Africités qui se tient à Johannesbourg (Afrique du Sud). 

« Cités et Gouvernements Locaux Unis d'Afrique (CGLUA), s'inspire largement de la vision de l'Union africaine de bâtir une Afrique intégrée, prospère et en paix, dirigée par ses citoyens et constituant une force dynamique sur la scène mondiale. Nous sommes engagés et résolus à promouvoir les valeurs et les principes de la décentralisation, de la gouvernance locale et du développement local en Afrique comme préalable à l'amélioration des conditions de vie de l'ensemble des peuples du continent », a-t-il souligné, après avoir fait le constat de la réticence de nombreux Etats africains à « joindre l'acte à la parole».

Inspirée de la Déclaration de Yaoundé adoptée par les ministres africains en charge de la décentralisation et du développement local le 29 octobre 2005, la Charte de la Décentralisation, de la gouvernance locale et du développement local engage les Etats africains à laisser les Collectivités locales « assurer librement leur administration par des assemblées délibératives et des organes exécutifs démocratiquement élus, conformément aux dispositions de la loi». 

Elle met également l'accent sur « l'impérieuse nécessité d'établir des mécanismes de collaboration et d'appui mutuel pour la mise en œuvre des priorités internationales, continentales, régionales, nationales, et locales de développement».

Selon le maire de Dakar et Président de CGLUA, le moment est venu pour les gouvernements africains de laisser les Collectivités locales et les populations elles-mêmes conduire les politiques nationales au niveau local. 

Ce qui passe, selon lui, par de « nouvelles alliances entre les autorités nationales et locales pour donner aux territoires les moyens, les compétences et les ressources nécessaires pour faire face à leurs missions quotidiennes auprès des populations».

Il a par la même occasion invité les élus locaux à des « changements structurels» pour plus de transparence et pour des « politiques volontaristes reddition des comptes» susceptibles de faciliter le dialogue local entre les dirigeants de municipalité et les populations qui aspirent à une gouvernance locale rénovée». 

Plus de 14.000 personnes composées pour l'essentiel des maires des villes et communes africaines, des cadres de municipalités africaines et des invités de marque dont le vice President de CGLU et le commissaire politique de l'Union Africaine assistent à ce Sommet qui doit prendre fin le 3 décembre avec le renouvellement du Bureau de CGLUA et la lecture d'une résolution finale.

Plusieurs ateliers thématiques sont programmés durant ces quatre jours.

Ils s'articulent autour de la gouvernance locale, de la gestion urbaine et municipale et des finances des Collectivités locales.

Le Sommet Africités est une initiative des maires africains et un espace de dialogue des gouvernements locaux africains.

Il est devenu au fil des années l'une des plus grandes rencontres africaines avec la participation des anciens chefs d'Etat, des ministres africains en charge de la decentralisation et des Associations nationales des pouvoirs locaux des 54 pays africains et de leur organisation continentale qu'est CGLUA.