Les communes de Dakar veulent mutualiser leurs moyens

Le conseil municipal de la ville de Dakar a adopté, vendredi, à l’unanimité les huit points inscrits à son ordre du jour dont la construction d’un hôpital aux Parcelles Assainies et la mutualisation de ses 19 communes d’arrondissements.

’’Les conseillers municipaux ont délibéré sur leurs projets de mutualisation entre la ville et les communes de plein exercice pour pouvoir mettre en œuvre les différents services que nous voulons partager avec les communes à savoir le lait à l’école, les uniformes, etc.’’, a indiqué le maire des Parcelles Assainies, Moussa Sy qui présidait la séance.

Il a indiqué que ’’l’urgence aujourd’hui est de mutualiser et contractualiser avec les différentes communes qui le désirent’’.

Selon M. Sy, les projets le lait à l’école qui coûte prés d’un milliard de francs et la santé à l’école qui représente à lui seul 80 millions de FCFA, ne peuvent être pris en charge par une commune.

‘’Les communes n’ont pas de ressources humaines pour prendre en charge la gestion et les procédures. Elles peinent à payer leurs salaires. Alors nous pensons que mutualiser peut nous aider en nous en sortir’’, a expliqué Moussa Sy.

Le maire des Parcelles Assainies a indiqué, à cet effet, que ‘’plusieurs communes qui ont les mêmes compétences peuvent se retrouver au niveau de la ville pour mutualiser leurs efforts. C’est la loi qui le dit’’, a-t-il ajouté, précisant que la ville de Dakar ’’ne fera pas du forcing’’.

‘’Il n’y a pas à Dakar une commune qui peut se passer de la ville de Dakar. Aujourd’hui, c’est de notre intérêt de mutualiser pour garder ces investissements sociaux dont le lait à l’école, l’entretien de l’éclairage public. Maintenant ceux qui veulent peuvent venir’’, a affirmé Moussa Sy.

Il a précisé que sur les 19 communes de la ville de Dakar, 15 sont favorables à la mutualisation.

Abordant l’acquisition des terres, Moussa Sy a indiqué que les conseillers ont également autorisé la ville de Dakar à acquérir une terre à titre foncier de 11 500 mètres carrés pour construire un hôpital d’une capacité de 200 lits.

 

‘’Parmi les huit points figurent le centre d’état civil de Dakar que nous voulons garder, parce qu’il constitue une histoire, une mémoire. Et nous avons appelé les maires de l’ensemble des communes à adhérer à ce projet’’, a-t-il encore dit.