Les cultures urbaines doivent être les vecteurs de l’urbanité, selon le maire de Dakar

 Dakar, 25 juin (APS) – Les cultures urbaines doivent être les vecteurs de l’urbanité, a déclaré mardi le maire de Dakar, assurant qu'il est '’prêt à payer le prix de l’impopularité et le prix politique’’ en vue de ‘’mener à bien le projet Dakar, ville propre''.

''L’urbanité, c’est une conscience, un savoir-faire, un comportement, une attitude, un état d’esprit qu’il faut construire. Ce ne sera pas facile car les Sénégalais ont besoin d’être formatés et accompagnés (…) mais nous sommes d’accord et prêts à relever le défi’’, a dit Khalifa Sall.

Il s’exprimait lors du lancement du single intitulé ‘’Dakar set Wecc, aqu dëkk-bi’’ (Dakar propre, les droits de la ville). Ce CD de sensibilisation, destiné à une diffusion gratuite, a été réalisé par quatre artistes sénégalais : Xuman, Maxi Krezy, Yoro Ndiaye et Ablaye Mbaye. Ce CD, déjà distribué à des centaines d’exemplaires, sera accompagné d’un clip.

Selon Khalifa Sall, ce CD ‘’interpelle mais surtout éduque’’. ‘’Il faut, a-t-il dit, que les Dakarois recouvrent le plaisir à marcher dans les rues de Dakar (…) et nous somme prêts à en payer le prix de l’impopularité et le prix politique (…) et dans ce cadre la mairie est en train de nouer un partenariat avec les mouvements urbains et accompagner la construction de la maison des cultures urbaines’’.

Les opérations de déguerpissement auxquelles procède la municipalité n’ont rien à voir avec la venue du président américain Barack Obama au Sénégal, a-t-il souligné.

‘’C’est un programme conçu depuis des années (…). Jamais plus il n y aura de commerce dans les rue de Dakar, c’est irréversible, et vous verrez jusqu’où nous sommes prêts à aller’’, déclaré Khalifa Sall.

‘’Nous sommes la seule ville où il n y a plus de places aménagées ni d’espaces verts et donc nous lançons un appel pour que chacun nous accompagne (…) à concevoir un mobilier urbain cohérent (…)’’, a-t-il ajouté.

La ville de Dakar ne laissera ‘’plus les voitures se garer du boulevard Peytavin, à Lamine Guèye jusqu’à l’avenue Roume où nous allons rendre aux populations les trottoirs’,’ a-t-il soutenu.

 

MF/OID/AD