Maroc : Rabat abrite le sommet mondial des dirigeants locaux

Il s’agit d’un événement d’envergure qui va redorer, au nom de Rabat, le blason des capitales africaines. C’est le plus grand rassemblement des élus locaux et régionaux dans le monde. Cet événement s’inscrit selon les organisateurs « dans la continuité du Congrès fondateur de ce Sommet à Paris en 2004, du Sommet de Jeju en Corée du Sud en 2007 et du 3e congrès de Mexico en 2010 ».

Pour Khalifa Ababacar Sall, maire de la ville de Dakar, président de Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLUA), « la tenue de ce sommet en terre africaine a un sens pour l’Afrique ». En effet, pour le maire de Dakar le continent offre aujourd’hui à « un monde en crise des marges d’investissements publics et privés socialement productifs, tout en étant économiquement et financièrement rentables à moyen et long termes, c’est-à-dire des marges de croissance durable ». 

De son côté, Fathallah Oualalou, maire de la ville de Rabat, a souligné à plusieurs reprises lors d’une conférence de presse organisée le 6 août à Rabat que « c’est l’Afrique qui reçoit le monde à Rabat ». Pour Fathallah Oualalou, Rabat est une ville ouverte sur la mondialisation.

Toutefois, il explique que « Rabat est la capitale d’un pays qui appartient à trois espaces, africain, arabe et euro-méditerranéen, trois espaces qui interpellent notre temps…l’Afrique par son rythme de croissance qui a augmenté ces dernières années, mais aussi par ses fragilités et ses vulnérabilités, le monde arabe qui, après le passage d’un printemps jeune, affronte d’énormes défis, la paix au Moyen-Orient et les instabilités ici et là, l’espace euro-méditerranéen affecté aujourd’hui par l’impact de la crise que traverse l’Europe ». Pour cet ancien ministre marocain des finances les villes auront à travers le sommet de Rabat, l’occasion pour peser sur les débats entamés aujourd’hui afin de réaliser le processus Post2015, Rio+20 et Habitat III. Le maire de Rabat a souligné également que plusieurs chefs d’états et institutions internationales se retrouveront à Rabat pour décider du futur des villes de monde.

 

SANAE TALEB, CASABLANCA