Oumar Ndao, un brillant esprit au service des arts et des hommes

Le Directeur de la culture et du tourisme de la Ville de Dakar, Oumar Ndao, dramaturge, scénariste et metteur en scène, décédé lundi soir à l’âge de 56 ans, a été un brillant et infatigable militant de la culture, qui n'a jamais perdu le sens du partage.La preuve, c'est l'onde de choc provoquée par l'annonce de son décès dans le monde des arts, qui perd ainsi un esprit curieux et brillant, un personnage généreux et plein d’humour. Son activité, faite de partage, a fait se converger vers lui les compétences les plus diverses. 

 Dans les discussions et échanges dont il était acteur, Oumar Ndao faisait, avec l’humilité qui le caractérisait, étalage d’une vaste culture générale, d’une connaissance profonde de la société sénégalaise, de son pays qu’il a parcouru en suivant son père, un administrateur civil, sur les lieux de son affectation. Titulaire d'une maîtrise de lettres modernes, à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (1985), il décroche ensuite un diplôme d’études approfondies et un diplôme d’études spécialisées en littérature comparée, à l’Université Mohamed V de Rabat (Maroc), respectivement en 1987 et 1991. Dramaturge et metteur en scène, Oumar Ndao devient assistant en littératures d'Afrique, au département de lettres modernes de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, en même temps qu'il est intervenant théâtre à l’Institut supérieur des arts et de la culture de Dakar. 

A la tête de la Direction de la culture et du tourisme de la Ville de Dakar, depuis septembre 2009, il s’est évertué, dans un esprit de concertation et de partage avec les acteurs culturels, à mettre en œuvre le programme "Développement d’animation culturelle et artistique" (DACAR). Cette initiative vise la construction d’infrastructures, la formation des acteurs culturels, la création de réseaux de diffusion des produits artistiques et l’appui à la production. Dans ce cadre, et sous l’impulsion d'Oumar Ndao, Dakar abritait depuis décembre le "Ribidion", une série de manifestations artistiques, culturelles et sportives. Auxquelles devaient succéder un événement "plus important" et appelé à se dérouler sur "pendant au moins un mois", avait-il dit à l'APS. En 2010, Oumar Ndao a été membre de la Délégation générale de la troisième édition du Festival mondial des arts nègres, chargé de la programmation théâtre. Il a coordonné et modéré pendant plus de trois ans les conférences du vendredi de la librairie Clairafrique, un cadre d’échange sur des sujets culturels, politiques, économiques et sociaux. Il y a eu une multitude d’activités au tableau de ce dramaturge : directeur artistique de "Feu Rouge", une de ses pièces (2009) jouées à Dakar et Saint-Louis, de "La Tribu des Gonzesses" de Tierno Monenembo (2008), de l'"Hotel de la Paix" (1992), Oumar Ndao a aussi assuré la direction artistique de la cérémonie d’ouverture du Festival national des arts et cultures (FESNAC) de Saint-Louis (2007), du "Bouki Blues Festival" dont il était membre du comité d’organisation. Son réseau d’amitiés professionnelles ne s'arrêtait pas au Sénégal. Aussi a-t-il été sollicité pour coorganiser le colloque "Arts et littératures d’Afrique", à Bloomington, dans l'Etat d'Indiana (Etats-Unis d'Amérique). 

Il a participé à la conférence de lancement du "Réseau Festart", à Bamako (Mali), et aux projets "Northern Lights, Southern Cross" (qui impliquait le Sénégal, le Danemark et l’Afrique du Sud) et "Progetto Zingonia" (Collectif Huit Facettes" (Sénégal et Italie). En 2010, Oumar Ndao assure la direction littéraire de "Dakar Emoi", un recueil de textes et photographies édité par la maison "Vives voix". Quatre ans après qu'il a rédigé le catalogue de la Semaine culturelle du Sénégal à Paris. A cette occasion (2006), Oumar Ndao a été à la direction artistique pour la cérémonie de remise du Prix Houphouët-Boigny, avec le scénario du spectacle "Le Sénégal à Paris". Avec l’écrivain Boubacar Boris Diop, il a écrit "Grand Dakar Usine" en 1995, et mis en scène "La Cruche cassée" de Heinrich von Kleist en 2013 (avec Ibrahima Mbaye Sopé). En 2006, il a codirigé la cérémonie de clôture du "Gorée Diaspora Festival" et dirigé la commémoration du 20e anniversaire du groupe de presse Sud Communication. S'ajoutent à ce parcours les titres de président de la commission artistique du Festival national des arts et cultures (FESNAC) depuis 2001, de directeur artistique du Festival des îles "Niominka" (Sénégal), de membre du comité de rédaction de la Commission préparatoire de la réunion des ministres de la Culture (Dakar, novembre 2005) et de directeur artistique de plusieurs spectacles son et lumière de Gorée. 

Le chevalier de l’Ordre national des arts et des lettres, Oumar Ndao, a pleinement rempli sa part d’intelligence et d’humanité, au service de ses semblables. Il laisse une veuve et quatre enfants.