Promotion De L’entrepreneuriat Des Femmes Et Des Jeunes A Dakar Khalifa Sall Lance Sa Couveuse

Le maire de la ville de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, a procédé hier, mercredi 26 octobre, au lancement de la Couveuse d’Entreprise pour la Promotion de l’emploi par la Micro Entreprise (Cepem). Initiée par la ville de Dakar, en partenariat avec celle de Marseille, la Cepem vise à permettre aux jeunes et aux femmes d’apprendre les techniques du métier d’entrepreneur, selon Soham El Wardini, 1ière adjoint au maire. Elle en a, par ailleurs, profité pour inviter la cible à faire en sorte d’éviter tout blocage qui pourrait contrarier la mise en œuvre dudit projet.

Le maire socialiste de la ville de Dakar, Khalifa Ababacar Sall n’est pas prêt à baisser les bras, en dépit du blocage, par les autorités étatiques, de l’emprunt obligataire de 20 milliards de Franc Cfa, envisagé par la ville. Hier, mercredi 26 octobre, l’édile de la capitale a procédé au lancement d’un nouveau projet appelé Couveuse d’Entreprise pour la Promotion de l’emploi par la Micro Entreprise (Cepem). Initiée par la ville de Dakar, dans le cadre de sa coopération avec celle de Marseille et l’Association internationale des maires francophones (Aimf), la Cepem «est une plateforme d’initiative locale dédiée à la création d’entreprises afin de permettre aux jeunes et aux femmes d’apprendre les techniques du métier d’entrepreneur», selon Soham El Wardini, 1ière adjoint au maire. La représentante du maire dira, en effet, que ledit projet entre dans le cadre de la lutte contre le sous-emploi.

Toutefois, Soham El Wardini n’a pas manqué de lancer un vibrant appel à la cible, constituée de jeunes de moins de 40 ans, ainsi que de femmes. Dans son allocution, elle a rappelé que «le défi et les enjeux de mise en œuvre de ce projet sont considérables». Par conséquent, poursuit-elle, «nous devrons ensemble veiller scrupuleusement à faire en sorte d’éviter tout blocage qui pourrait contrarier la mise en œuvre de la Cepem». Elle a ainsi invité les destinataires de la Couveuse d’entreprise à se saisir de l’opportunité pour bénéficier des programmes offerts par ladite structure. Le président de la Cepem, non moins Secrétaire général de la ville de Dakar, Mourade Dieye Gueye a pour sa part demandé aux autorités d’accompagner la couveuse, pour sa pérennisation.

MORTALITE ELEVEE DES MICROS ET PETITES ENTREPRISES

Revenant sur le contexte du lancement du projet de Couveuse d’entreprise par la ville de Dakar, Alassane Lo, expert consultant en création d’entreprise a expliqué que des milliers de petites entreprises qui se créent, disparaissent dès les premières années suivant leur création. La raison de ce fort taux de «mortalité», selon lui, est que les initiateurs de ces entreprises sont confrontés au manque d’informations pratiques et de repères, l’absence d’appui technique adapté, entre autres. Pour parer cette précarité des initiatives, la mairie de Dakar, avec l’appui financier du Fonds de développement et de solidarité municipal (Fodem), qu’elle a créé, a lancé le Cepem qui se positionne à la phase amont de la création, selon M. Lo. Il explique ainsi que la Cepem, logée dans les locaux du Fodem, constitue un lieu d’apprentissage qui permet à un porteur de projet, d’entreprendre à l’essai, d’apprendre à entreprendre et de sécuriser le développement de son activité. La couveuse accompagne l’initiateur du projet pendant une durée maximale de 12 mois, avec la possibilité de renouvellement qui ne peut dépasser 3 ans.

Comme avantages, Alassane Lo indique que la Cepem doit permettre à l’entrepreneur de tester la viabilité de son projet, la solvabilité de son marché, tout comme de développer sa capacité à produire, à vendre et à décider. Bref, d’apprendre concrètement à gérer et à administrer une activité économique. Sont mis à la disposition des initiateurs : un appui général, un appui spécifique et financier, sans oublier un espace de coworking. Le projet en question touche l’ensemble des 19 communes de la ville de Dakar, et concerne les jeunes porteurs de projets âgés entre 20 et 40 ans, ainsi que des femmes porteuses de projet de création d’activités génératrices de revenus viables. Il informe en outre qu’un appel à candidature est lancé ce jour, jeudi 27 octobre, jusqu’au 27 novembre prochain. Sont éligibles, selon lui, toutes les activités légales à l’exception de celles de commerce (achat pour vendre), de transport, de bâtiment, et de gestion immobilière.

sudonline.sn