DST

Rue Mass Diokhané : la justice désigne un expert pour mesurer l'impact du recasement des ambulants

La chambre administrative de la Cour suprême du Sénégal a désigné l'expert Amara Touré pour situer "les contours et l'impact" du projet du maire Khalifa Ababacar Sall d'installer les commerçants sur la rue El Hadj Mass Diokhané de Dakar, a appris l'APS, vendredi, de source judiciaire.

La présidente de ladite chambre, Fatou Habibatou Diallo, a rendu jeudi dernier une décision sur la requête introduite, un mois plus tôt, par des habitants et riverains de la rue El Hadj Mass Diokhané, dans la commune d'arrondissement de Dakar-Plateau. 

Dans sa décision, signale la même source, elle a ordonné "une expertise aux frais des requérants à l'effet de déterminer les contours et l'impact du projet initié par le maire de la ville de Dakar portant recasement de commerçants sur la rue Elhadj Mass Diokhané". 

La chambre administrative a en outre désigné "Amara Touré, expert, à l'effet d'y procéder", tout en décidant également de signifier "la présente ordonnance au maire de la ville de Dakar", ajoute la même source. 

"Nous saluons cette décision historique et courageuse", a déclaré Me Bara Diokhané, qui défend les intérêts des plaignants dans cette affaire mettant en cause le projet de recasement des marchands ambulants sur cette rue de Dakar. "Une jurisprudence est née au Sénégal le 9 janvier 2014", a souligné l'avocat. 

Après le bras de fer remporté sur les commerçants récalcitrants du centre-ville de Dakar, la décision de l'autorité municipale de la ville se heurte, à nouveau, à d'autres formes de résistances dans le centre-ville de la capitale sénégalaise, notamment celle du collectif appelé Renaissance Dakar-Plateau. 

Ville de Dakar: l’UNACOIS-JAPPO salue la "réaffectation" de fonds au profit de sinistrés de Sandaga

feuDakar, 25 nov (APS) - Une organisation d'opérateurs économiques sénégalais a salué l'annonce, par les autorités municipales de Dakar, de la "réaffectation" des fonds initialement destinés aux festivités de fin d’année, en vue de faciliter l'acquisition de sites de rétablissement des anciens commerçants de Sandaga.

‘’Le Bureau national de l’UNACOIS-JAPPO se félicite de la décision du conseil municipal de la ville de Dakar, sous l’égide de Monsieur Khalifa Ababacar Sall, président dudit conseil, portant réaffectation de la part budgétaire des festivités de fin d’année 2013, aux sinistrés du marché de Sandaga’’, indique un communiqué reçu à l'APS, lundi.

Jeudi dernier, lors d’une séance plénière du conseil municipal de la ville de Dakar, M. Sall rappelait que le rétablissement des commerces de Sandaga et de tous ceux qui vont être déguerpis était devenu une priorité pour la municipalité de Dakar.

‘’Je voudrais annuler toutes les festivités de fin d’année car nous ne devons pas mettre 300 millions dans les décorations et dans les feux d’artifices alors que nous devons acheter un marché à 1,5 milliard et que nous devons payer 150 à 200 millions pour recaser les marchands de Sandaga au champs de course’’, déclarait l'édile.

‘’L’UNACOIS-JAPPO, tout entière, se réjouit de cette initiative, fort responsable, patriotique et humaniste’’, rapporte le communiqué signé par son 2e vice-président, Youssoupha Cissé, qui dirige aussi sa section régionale de Dakar.

[AUDIO] Le Maire Khalifa Ababacar SALL se prononce sur le désencombrement de l'avenue Général De Gaulle

La guérilla contre le maire de Dakar s'agrandit. Les chinois sommés de quitter l'Avenue Général De Gaulle. Et ce, avant le dernier délai du mois de décembre très prochain, rejoignent les marchands ambulants dans le houleux bras de fer entre la mairie de Dakar et les commerçants. 

Ils refusent catégoriquement de partir de l'avenue marchande car disent-ils, des contrats très solides les lient aux propriétaires des maisons des Allées du Centenaire. Des propriétaires pour leur part, tout à fait d’accord avec la décision du maire Khalifa Sall de déguerpir des lieux les chinois.  

"On  regrette, vous ne savez pas à quel point. On est pressé de les voir partir pour qu'on puisse retrouver notre tranquillité et notre belle avenue" pleure la dame sur les ondes de la Rfm qui ne manque pas de préciser la descente sur les lieux du responsable socialiste, Khalifa Sall pas plus tard qu'hier. 

[AUDIO] Le Maire se prononce sur l'indemnisation des commerçants du marché SANDAGA

C'est lors de la séance pléniére du conseil municipal le Jeudi 21 novembre 2013 à 16 heures dans la salle de délibération de l’hôtel de Ville

[AUDIO] VOIERIE URBAINE : 9 milliards de FCfa pour réhabiliter les rues de la ville de Dakar

La réhabilitation du tronçon «Liberté 6 extension- quartier Baraka» a démarré avant-hier. L’artère a été entièrement financée par la ville de Dakar. Une enveloppe de près de 9 milliards de FCfa sera consacrée à la rénovation des rues de la capitale.

Le maire de Sicap-Liberté, Santi Sène Agne, a présidé avant-hier le lancement de la réhabilitation du tronçon Rue 52 Liberté VI extension, qui passe devant le centre commercial et le quartier Baraka. Cette distance longue de 1,850 km est entièrement financée par la ville de Dakar et fait partie des rues à rénover dans les 19 communes d’arrondissement. Cette rénovation va nécessiter une enveloppe totale de près de 9 milliards de francs Cfa. «Depuis notre installation en 2009, nous n’avons jamais cessé de travailler pour l’amélioration des conditions de vie des populations avec le soutien actif de la mairie de Dakar», a dit le maire de la commune d’arrondissement Sicap-Liberté. Santi Sène Agne s’est félicité de la mobilisation des habitants venus assister au lancement des travaux dudit tronçon. Selon lui, l’insuffisance de leurs moyens face à leurs ambitions est sans commune mesure. Santi Agne n’en a pas moins applaudi le maire Khalifa Ababacar Sall qui a tenu à les accompagner.

Centre-ville de Dakar : Un incendie ravage le marché Sandaga

Un violent incendie a ravagé le marché Sandaga, hier soir. Les feux ont entraîné d’importants dégâts matériels. L’origine du sinistre est inconnue. Une enquêt sera ouverte pour en déterminer les circonstances.

C’est au moment où Sandaga baissait, petit à petit, ses rideaux qu’un incendie s’est déclanché dans le mythique bâtiment du marché. Il était 21 heures 04 mn, informe le colonel Sengane Diagne, responsable de la Communication de la Brigade nationale des Sapeurs pompiers. Ce grand bâtiment, fermé récemment par le préfet de Dakar, ainsi les cantines qui le ceinturent sur les rues Emile Badiane et Sandéniéry et même sur l’avenue Lamine Guèye ont pris feu. 8 minutes plus tard, les éléments des sapeurs-pompiers sont arrivés sur les lieux. Alors que ceux de la police nationale, sous la supervision de la directrice, Mme Anna Sémou Faye, étaient déjà sur les lieux pour contrecarrer tout débordement. D’ailleurs, il leur a fallu des renforts parce que les propriétaires des cantines continuaient de rallier les lieux pour s’enquérir de la situation.  

Pendant ce temps, les sapeurs-pompiers qui ont mobilisé de gros moyens, étaient à pied d’œuvre. Plus de 10 engins de pompe et une soixantaine d’éléments des casernes de Dakar de même que le général de Brigade étaient sur le lieu du sinistre. Mais à cause de leurs moyens limités, l’absence de bouches d’incendie et de l’inaccessibilité du marché par les engins d’incendie, ils ont mis du temps pour circonscrire le feu. «Ce qui retarde toujours nos interventions, c’est l’absence de bouches d’incendie. Il en faut pour les marchés et les édifices publics. C’est un cri de cœur que je lance. On pourrait se ravitailler en eau sur place et gagner du temps», assène le Colonel Diagne.  

Les cantines externes de Sandaga seront évacuées (préfet)

Les cantines externes du marché Sangada seront bientôt évacuées et les occupants recasés dans le site de l’ex-Camp Lat Dior, a annoncé le préfet de Dakar Alyoune Badara Diop.

Nous avons un plan de fermeture du marché Sandaga. Il est impossible qu’on ferme le bâtiment et que les cantines externes soient toujours occupées. Toutes ces cantines seront évacuées, leurs occupants vont recevoir bientôt des sommations pour céder les lieux’’, a-t-il dit dans une interview parue dans la livraison du mardi du journal L’Observateur. 

Le bâtiment central du marché Sandaga, situé dans le centre-ville de Dakar, a été provisoirement fermé samedi dernier, dans le but d'être réhabilité. Mais les cantines jouxtant le marché sont toujours occupées. 

''Il n’a jamais été question de raser le marché Sandaga. Nous avons dit qu’il y a un projet de réhabilitation du marché. Notre rôle, c’est de fermer le marché et de recaser les commerçants qui occupaient les lieux’’, a expliqué Alyoune Badara Diop. 

Le marché menaçant ruine: Sandaga est fermé

Depuis hier soir à minuit, le marché mythique dénommé Sandaga est fermé pour des raisons de sécurité. Décision du Préfet de Dakar Alioune Badara Diop par arrêté portant fermeture provisoire du marché. 

Ce n’est pas pour cause d’absentéisme du aux fêtes de tabaski. Cette fois, c’est pour de bon. C’est sur les antennes de la télévision nationale que le préfet de Dakar, Alioune Badara Diop, a annoncé hier vendredi, la fermeture (à partir de minuit) du marché Sandaga, « Pour un problème de sécurité », a fait savoir le Préfet. Celui-ci d’expliquer que « C’est pour préserver notre pays d’une éventuelle catastrophe ». Une nouvelle qui ne sera pas toutefois pas forcément du goût des commerçants dudit marché, mais le Préfet de faire savoir que « Nous avons un site au niveau du camp Lat Dior pour recaser ses commerçants. » Des commerçants qui pour la plupart ne sont pas encore de retour des fêtes mais qui, ne devraient pourtant pas être surpris par la décision dans la mesure où, selon le Préfet, ils en étaient avertis. 

Le dernier avertissement en date émanait d’ailleurs du chef de l’Etat Macky Sall, lui-même, lors du conseil des ministres du 3 octobre dernier. Abordant alors le premier point de sa communication consacré à la situation d’insalubrité des marchés sur l’ensemble du territoire national, le Président de la République avait exprimé sa préoccupation face à ce phénomène, qui constitue un risque sanitaire majeur pour les populations. Le président Macky Sall avait ainsi invité le Gouvernement à veiller « scrupuleusement » à l’amélioration du cadre de vie dans les marchés, en veillant « surtout à la sécurité civile des bâtiments », en engageant un audit technique, sans délai, de l’édifice principal du marché de Sandaga, afin d’entreprendre, en rapport avec la ville de Dakar, les travaux de réhabilitation et de sécurisation appropriés. De toute évidence, ces directives du président Sall ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd. 

Marché Sandaga : fermeture provisoire du bâtiment central, à partir de samedi

APS: Le bâtiment central du marché Sandaga, situé dans le centre-ville de Dakar, sera provisoirement fermé à partir de samedi, dès minuit, dans le but d'être réhabilité, a annoncé le préfet de Dakar, Alioune Badara Diop.

''Nous avons pris un arrêté portant fermeture provisoire du marché Sandaga, pour des raisons liées à son état de dégradation et à des problèmes d'ordre sécuritaire", a dit M. Diop à la Radiodiffusion télévision sénégalaise (RTS1). 

Selon le préfet de Dakar, des réunions se sont tenues et des rapports établis sur l’état de dégradation du marché. La "vétusté'' du marché justifie cette décision, a-t-il souligné. 

Alyoune Badara Diop assure que les occupants du marché Sandaga seront recasés au camp Lat Dior, situé dans le quartier d'affaires du Plateau. 

Lors du conseil des ministres du 3 octobre, le président Macky Sall avait "invité le gouvernement à veiller scrupuleusement à l’amélioration du cadre de vie dans les marchés". 

Il avait surtout recommandé aux membres du gouvernement de veiller "surtout à la sécurité civile des bâtiments, en engageant un audit technique, sans délai, de l’édifice principal du marché de Sandaga, afin d’entreprendre, en rapport avec la Ville de Dakar, les travaux de réhabilitation et de sécurisation appropriés". 

Pages

S'abonner à RSS - DST